Jeu, set et montée dès ce samedi à Auxerre ?

Publié le 19 mars 2022 à 00:30 par Samuel Cadène

Après le 6-0 contre Amiens, le TFC retrouve samedi après-midi un autre club auquel il en a passé six cette saison, l'AJ Auxerre. En cas de victoire en Bourgogne, les Violets auraient un pied et quatre orteils en Ligue 1. 

Ces joueurs-là sont en train de réussir l'exploit de banaliser ce que jadis, nous considérions comme impossible, comme insensé. Après avoir étrillé Amiens mardi soir, le TFC a de nouveau rendez-vous avec son destin ce samedi à Auxerre, dans un stade l'Abbé-Deschamps qui sera bien garni. Face aux Picards, on a vu qu'une seule équipe sur la pelouse. En Bourgogne, contre une équipe auxerroise invaincue depuis sept rencontres, et sur une affolante série de cinq victoires consécutives, la donne sera sans doute différente.

Techniquement, le TFC est un cran au-dessus de n'importe quelle équipe de Ligue 2 cette année. En revanche, comme à Caen la semaine dernière, il lui arrive de connaître quelques trous d'air. Les Auxerrois, privés d'Hamza Sakhi suspendu, auront les dents longues face à leur bourreau du mois d'octobre. Rhys Healey, Rafael Ratao et Rasmus Nicolaisen auteurs de cinq buts à l'aller seront de la partie, tandis que Mvoué (hors du groupe) également buteur mi-octobre ne sera pas là pour rééditer l'exploit. Ceci dit, leurs suppléants comme Onaiwu ou Genreau ont prouvé qu'ils étaient eux aussi taillés pour le costume. En revanche, pas de Brecht Dejaegere au programme : "Il s'entraîne maintenant normalement, mais la phase de reprise reste d'actualité. Brecht est un peu court, il sera sur le pont pour Paris (2 avril)", glissait le l'adjoint du coach Montanier.

En cas de succès, neuf points d'écart avec la troisième place ?

L'équation est simple. Si Toulouse engrangeait un huitième succès en déplacement, il aurait quasiment entériné sa place parmi les deux premiers. Ce qui est assez drôle, c'est que l'on a l'impression que personne ne veut vraiment parler de cette montée qui semble inéluctable sur les bords de la Garonne. Pour quelle raison ? Serait-ce la triste leçon de l'année dernière qui servirait de prétexte à cette retenue presque dénuée de sens ? Allez savoir... Bien que cette Ligue 2 soit assez imprévisible (le Paris FC peut en témoigner après son revers cuisant à Nancy), la même rengaine revient inlassablement lors de chaque conférence de presse de la part des coachs adverses : "Toulouse est de loin la meilleure équipe du championnat"

Intelligemment, Michaël Debève a sorti tôt dans la rencontre notre Branco national afin de le préserver des risques d'une éventuelle suspension (il a déjà reçu deux cartons jaunes). Avec le retour à son meilleur niveau de l'homme providentiel Rhys Healey, tout laisse à croire que Toulouse sera sérieusement armé pour s'imposer dans l'antre du grand Guy Roux. Réponse ce samedi à 15h00.

Nos derniers articles