Info LesViolets.Com : Manchester City n'entrera pas au capital du TFC

Publié le 04 février 2019 à 00:00 par Arthur Stroebele / JB

L’annonce d’Olivier Sadran, au mois de juin dernier, sur l’ouverture du capital économique du TFC à « un grand club européen » avait lancé la saison 2018/2019 de façon tonitruante. Le partenariat - avec Manchester City - aurait même dû être annoncé au mois de septembre dernier. Pourtant selon nos informations, Toulouse ne va pas intégrer, dans un avenir proche, le City Football Group.

Si le président toulousain n’a jamais dévoilé l’identité du club qui devait être affilié à hauteur de 20% au TFC, il ne planait aucun doute sur l’identité de celui-ci : Manchester City. Le prêt de Manu Garcia dès le début de l’été, le changement graphique du logo ou encore la présence d’Erick Mombaerts au sein de la nébuleuse City sont autant d’indices qui permettaient de déchiffrer la première énigme de ce dossier. Énigme qui est, à l’heure actuelle, en passe de rester sans réponse.

Olivier Sadran, peu coutumier de dévoiler les méandres des négociations, avait pourtant donné rendez-vous « fin septembre » pour officialiser l’union. Un calendrier - relativement serré - qui n’a jamais été respecté. Le sujet, complètement éludé par la direction depuis, a même fini par tomber aux oubliettes au cœur de l’hiver. Selon nos informations - confirmées par plusieurs sources proches du club -, si Toulouse et Manchester City devraient bel et bien avoir des relations particulières à l’avenir, une entrée au capital n’est toutefois plus d’actualité. Explications.

Hausse conséquente des droits télévisuels

Le partenariat avec le City Football Group aurait permis des prêts de joueurs ou encore le partage de base de données colossales sur des joueurs du monde entier. Mais le principal avantage pour Toulouse était économique. Pour autant, depuis l’annonce de l’acquisition des droits télévisuels par Mediapro et beIN Sports à hauteur de 1,153 milliard d’euro, la donne a évolué dans l’esprit des décideurs toulousains. À condition, évidemment, de rester en Ligue 1 sur la période 2020-2024, le TFC toucherait une somme bien supérieure aux 20,2 millions d’euros annuels, perçus la saison passée. Le double, selon plusieurs estimations. L’argument a, d’ailleurs, été évoqué par Jean-François Soucasse, président délégué, lors d’une réunion dirigeants - groupe de supporters en décembre dernier.

Cette augmentation des droits TV est conséquente, alors que les 20% annoncés ne rehausseraient le capital que d'un peu plus d’un million d’euros. « Nous travaillons sur le schéma d'une augmentation de capital, pour donner plus de moyens au club. Avec un partenaire industriel qui apporte une valeur ajoutée », avait annoncé Olivier Sadran, en juin dernier. Concrètement, une telle arrivée aurait offert un droit de vote au City Football Group lors des assemblées générales du club. Surtout, un capital plus conséquent aurait permis à Toulouse de financer de nouveaux projets, d’avoir des liquidités d’avance ou encore de se montrer plus solide auprès des banques.

Une géopolitique difficile à assumer

Le journaliste Romain Molina, interviewé en novembre sur LesViolets.Com, avait émis des doutes quant à la faisabilité du dossier vis-à-vis de la relation nouée par Olivier Sadran avec Nasser Al-Khelaïfi, président du PSG. Relation amicale, certes, mais surtout commerciale : l’entreprise Newrest, dirigée par Sadran, s'occupe de la restauration au centre d’entraînement du Paris Saint-Germain depuis l’été dernier. Surtout, Newrest s’est largement implantée au Qatar, en partie grâce à Al-Khelaïfi, et y développe une activité croissante. Sans oublier, bien sûr, les différentes transactions footballistiques que les deux hommes ont pu traiter (Chantôme, Aurier, Edouard, Rabiot).

L’arrivée de Manchester City, propriété des Emirats Arabes-Unis, en France ne serait pas vue d’un bon œil par le Qatar selon Molina : « Toulouse qui s’associe à Manchester City, bah put… À Doha, je ne suis pas persuadé qu’ils soient très contents. À mes yeux, c’est inconcevable quand tu connais la rivalité entre les propriétaires du PSG et de City ». Après renseignements, cet argument aurait bel et bien pesé dans la balance auprès du board toulousain.

Le modèle du NAC Breda

Officiellement, le NAC Breda (D1 hollandaise) ne fait pas partie du City Football Group. Le fonds d’investissement mancunien est aujourd’hui actionnaire majoritaire de Manchester City, Melbourne City, New-York City. Le groupe investit aussi - en tant qu’acteur minoritaire - dans les clubs de Gérone, Yokohama et Torque. Une situation particulière qui n’empêche pas le club de Breda de profiter des prêts de jeunes pépites de Manchester City, depuis 2016. Manu Garcia, aujourd’hui à Toulouse, a, d’ailleurs, passé deux années aux Pays-Bas. Cette saison, Erik Palmer-Brown, Paolo Fernandes et Luka Illic, joueurs de City, jouent pour le NAC. Toulouse suivrait cette voie.

Le TFC deviendrait un club ami - et non pas satellite - du géant anglais, simplifiant le prêt de jeunes joueurs en devenir vers le Stadium. Dans le sens inverse, les négociations seraient facilitées pour la vente d’éventuelles pépites violettes vers l’Angleterre. Jean-Clair Todibo aurait , par exemple, pu rejoindre les Citizens puisqu’un accord avec Olivier Sadran avait été trouvé pour un transfert dès le mois de janvier. Bien que des discussions aient eu lieu entre le clan du joueur et Manchester City, Todibo a finalement opté pour le Barça. Autre exemple, Issa Diop. Toulouse s’était mis d’accord avec la direction de City pour un transfert du défenseur central suivi d’un prêt au TFC dans la foulée. Cette éventualité a été écartée par le joueur, Diop préférant rejoindre immédiatement West Ham et la Premier League, contre 25 millions d’euros.

De sources concordantes, l’entrée au capital n’aura donc pas lieu dans l’immédiat, comme cela avait été annoncé. Certains proches du club estiment, sans conviction, que ce dossier pourrait être relancé “au mieux la saison prochaine, éventuellement dans les années futures, mais probablement jamais”. En effet, si les relations entre Toulouse et le City Football Group existent bel et bien, elles ne sont pas, à l’heure actuelle, officielles, juridiques ou économiques. Reste à savoir quand et comment Olivier Sadran communiquera (ou non) sur la suite à donner à cette affaire, notamment auprès des supporters qui attendent, impatiemment, l’épilogue d’une saga débutée aux prémices de l’été.

Nos derniers articles