Healey : "Le TFC, probablement le meilleur moment de ma carrière, je veux avoir la chance de jouer en Ligue 1 ici"

Publié le 17 novembre 2021 à 10:15 par JB

Depuis son arrivée au TFC, Rhys Healey a inscrit 23 buts et délivré 6 passes décisives en 50 matchs disputés. Dans une longue interview pour The Mirror, l’Anglais de 26 ans a tiré un bilan de son année et demie à Toulouse.

Son arrivée au TFC
C’est fou comment cela est arrivé. J’étais en voyage avec ma femme et quelques amis de MK Dons. Nous avions décidé de faire du golf près de Bournemouth juste pour nous détendre un peu. J’ai reçu un appel de mon agent. Je m’attendais à une simple question, du type “comment vas-tu ? Es-tu en forme ?”. Un appel téléphonique classique. Il me dit finalement que Toulouse est intéressé et si je le suis également. J’ai alors répondu : “Pourquoi je ne le serais pas ? J’aime les défis.” J’en ai parlé à ma mère et nous avons convenu tous les deux qu’il fallait y aller. Je ne voulais pas regretter de ne pas y être allé. En l’espace d’un mois, tout est allé très vite et, avec du recul, je suis vraiment content qu’on ait conclu ce transfert aussi rapidement. J’ai fait le bon choix à un million de pourcent. Je suis heureux, c’était un bon choix dans ma carrière. Je suis juste reconnaissant que Toulouse m’ait fait confiance pour me transférer, surtout que le déménagement dans le sud de la France est intervenu à un moment délicat avec la pandémie.

Son bilan sportif à Toulouse, ses objectifs
"L’an dernier, j’ai fait une très bonne saison. Après être arrivé de MK Dons, qui jouait du bon football, je savais que je m’intégrerais bien. Il fallait juste être patient et que je m’adapte à leur façon de jouer, à la barrière de la langue et la culture. J’ai compris tout ça très rapidement et le style de jeu me convient parfaitement. La Ligue 2 est physique parfois, mais aussi autant qu’en Angleterre. Nous aurions dû être promus en Ligue 1. Nous avions tout en place, l’équipe était incroyable comme cette année. Mais nous avons eu une situation avec le COVID vers la fin de la saison qui n’a pas aidé et nous avons échoué. Cette saison, nous avons bien démarré. On se sent comme une famille entre l’équipe et le staff. L’état d’esprit est bon. C’est important, surtout avec un tel mélange de cultures et de nationalités dans l’équipe. Le président, Damien (Comolli) a mis une bonne structure par rapport à ce qu’il veut. Nous nous sentons comme une famille ici. Tout le monde s’entraide. Nous avons une très jeune équipe, mais certains sont passés à de plus grandes choses à partir d’ici. C’est un club formidable. Moi, je veux obtenir la montée et avoir la chance de jouer en Ligue 1 avec Toulouse. Je veux aussi partager mon expérience avec les Toulousains, car j’apporte une culture différente."

Son intégration avec sa famille
Nous sommes arrivés lorsque la pandémie a repris et de nombreux restaurants ont fermé. Nous étions loin de notre famille et de nos amis, donc c’était parfois difficile, mais nous avons surmonté tout ça. La vie est vraiment belle ici. Nous apprécions la culture, c’est totalement différent de chez nous. C’est plus détendu, on ne vit pas à 150 à l’heure. Ma femme et moi adorons ça et nous attendons maintenant un enfant qui naîtra évidemment aussi en France. Je pense que c’est probablement le meilleur moment de ma carrière en ce moment. J’apprécie vraiment mon football, alors j’espère que ça continuera.

Nos derniers articles