Gazélec 2-2 TFC : La lutte pour le maintien, une souffrance

Publié le 05 octobre 2015 à 11:14 par LesViolets

GAZELEC 2–2 TFC
GAZELEC 0-1 TFC : Braithwaite (22ème)
GAZELEC 1-1 TFC : Mayi (25ème)
GAZELEC 2-1 TFC : Pujol (44ème)
GAZELEC 2-2 TFC : Sylla c.s.c. (49ème)

"Tu vas voir, le GAZELEC c'est une équipe qui vaut à peine la Ligue 2. Mais comme Pesic est titulaire, je vois le nul." Même avec un brin d'ironie, j'ai un collègue qui sent le foot.

Au Gazélec d'Ajaccio, on ressent comme un air de famille : stade de quartier, pelouse bien grasse et mini-kop qui fait le maximum. Le TFC joue en blanc ce match qui a déjà des allures de lutte pour le maintien. Moubandje et Yago font leur retour en lieu et place de Blin et Spajic. Ahamada remplace Goicoechea qui s'est fissuré la main et Pesic prend la place de Ben Yedder... parce que ses performances déçoivent Arribagé !

Les toutes premières minutes sont Toulousaines. Regattin déborde bien mais son centre est capté par le gardien. Braithwaite, bien affûté, est signalé deux fois hors-jeu de justesse. Tisserand, bien servi par Didot, repique dans l'axe et frappe sur le gardien. Excepté un tir de Larbi sans danger, les Corses sont inoffensifs. En tout cas avec le ballon car Filippi mérite son carton jaune lorsqu'il découpe Pesic au quart d'heure de jeu. Les choses se passent donc plutôt bien et prennent la meilleure tournure lorsque Didot et Pesic combinent parfaitement pour donner à Braithwaite qui marque ! Toulouse mène 1 à 0 ! « ? Tout va très bien Madame la Marquise... ? » Le corner Ajaccien qui suit, bien capté par Ahamada, annonce pourtant le retour des Corses. En effet, sur un nouveau corner, Mayi saute plus haut que Yago (dont les crampons sont restés collés) et égalise. 1 à 1, tout est à refaire. « ? Comme d'habitude... ? » Jusqu'à une minute de la mi-temps, les actions sont encore au crédit des visiteurs. Braithwaite est intenable, Tisserand puis Pesic sont contrés dans la surface, Regattin tire un bon coup franc. Mais juste avant la pause, le couloir de Tisserand se transforme en boulevard ce qui permet à Pujol qui a devancé Yago de donner l'avantage à son équipe. 2 à 1 ! C'est la caca, c'est la cata, c'est la cata-strophe !

Reprise. À peine le temps de finir ma pizza et nouveau rebondissement. Braithwaite, décidément indispensable, est bien lancé par Moubandje. Il ne cadre pas son tir qui est dévié... dans le but par Sylla ! 2 à 2 ! Ouf, on respire. La peur au ventre, les Violets reculent. À l’image de Tisserand qui perd un énième duel avec Sylla. Il se rattrape cependant en tentant une paire de centres qui ne donnent rien. La partie est débridée, mais sans réelles occasions de part et d'autre. Moubandje s'essaye à une accélération offensive et Didot se transforme en dernier défenseur sur un excellent tacle. 70ème, il est l'heure du changement « Arribagesque ». Pesic, vaillant mais inefficace, cède sa place à Ben Yedder que l'on verra peu. Le dernier quart d'heure est un supplice pour le supporter que je suis. Ahamada doit s'employer sur une sortie où il se couche bien avant de capter une frappe de Djokovic. Notre Ali est ensuite battu puis sauvé par sa barre transversale sur un missile de Ducourtioux. Ce qui génère une « enflammade » radiophonique de notre confrère sur France Bleu. Akpa Akpro, sur les rotules, est remplacé par Blin. Les locaux poussent. Bodiger remplace Didot à bout de souffle. 4 minutes et 20 secondes d'arrêts de jeu et un corner ajaccien plus tard c'est fini. Soulagé. Jusqu'à la prochaine rencontre pour le maintien. « Que voulez vous d'autre ? » s'exprimera Didot devant les caméras...

Pierre Pambrun

Nos derniers articles