Garande : "Il faudrait être bête pour refaire deux fois la même bêtise"

Publié le 21 November 2020 à 17:45 par JB

Le TFC partira favori face à Chambly. En conférence de presse, Patrice Garande a abordé ce sujet sans langue de bois. Interview.

Patrice, avec du recul, comment avez-vous vécu cette défaite contre le VAFC ?
Le match contre Valenciennes a été analysé. On n’a pas été assez vigilants dans la préparation de ce match. Quand on recommence à venir vers le TFC et à nous donner un statut, il faut être capable de l’assumer. Il y a eu beaucoup de louanges, beaucoup de demandes d’interviews. C’est bien, ça veut dire que le travail a été bien fait, c’est valorisant, mais ça endort un petit peu. Et nous, staff, on n’a pas été assez exigeant sur ce point. Maintenant, ce match est passé, ça ne remet pas en cause ce qui a été fait avant et ma confiance envers l’équipe. Face à Chambly, il va falloir repartir vers l’avant. On se doit une revanche à nous. Valenciennes doit nous servir. Il faudrait être bête pour refaire deux fois la même bêtise.

Désormais, vous allez affronter la lanterne rouge…
Pour moi, ce match contre Chambly tombe bien. Je sais comment il va être présenté. Un favori, le TFC, contre un petit, en difficulté. Vous allez dire que ça devrait être une formalité. On ne va pas tomber dans ce piège-là. Compte tenu de ce qui s’est passé contre Valenciennes et avec ce qui va être dit autour de ce match, on va vraiment voir si on a retenu la leçon. J’ai beaucoup de respect pour Chambly. Ce qu’ils ont fait est exceptionnel et il faut saluer leur parcours. J’aime beaucoup leur entraîneur, Bruno Luzi. C’est un personnage, même s’il peut paraître froid et fermé, mais en dehors je suis sûr que c’est un bon vivant. Tactiquement, ils ont plusieurs schémas et comptent même quatre suspendus. Oui, tous les éléments sont réunis pour que ce soit un piège. Je dis souvent à mes joueurs, que quand on est un compétiteur, il ne faut pas oublier d’où on vient, avoir beaucoup d’humilité, et respecter les équipes que l’on rencontre.

Vous avez manqué le podium en perdant contre Valenciennes. Où en êtes-vous dans vos objectifs ?
On peut y aller par palier. Quand on regarde notre début de saison, par rapport à l’objectif annoncé, c’était trop haut pour le groupe. On n’avait pas l’équipe pour, on n’était pas prêt. Puis, petit à petit, des joueurs sont arrivés, un groupe s’est formé, on a mis en place des choses et on a réalisé cette série. Aujourd’hui, nous sommes dans des eaux plus conformes à nos ambitions, même si après Valenciennes, nous aurions pu être plus haut. Désormais, une fois qu’on est là, c’est comment on dure et comment on fait pour encore monter d’un cran ? Ça passe par beaucoup d’entraînements, de la psychologie, et des discussions pour comprendre les améliorations possibles. Prenons un exemple : le système. Tout le monde connaît notre schéma, on doit être en éveil pour l’animer autrement et surprendre nos adversaires.

Nos derniers articles