Finances, partie 3 : une masse salariale en baisse et déconnectée des résultats

Publié le 30 juillet 2021 à 10:00 par Romain Ottaviani

Premier poste de dépenses des clubs de football professionnels, la masse salariale a tendance à augmenter régulièrement, mais la dernière année de l’ère Sadran a plutôt été marquée par un recul, sûrement trop tardif.

Après l’augmentation importante en 2019 (confère l’analyse de l’an passé), la masse salariale (c’est-à-dire la somme des salaires et des charges sociales liées) du TFC a dégonflé. Plusieurs raisons peuvent l’expliquer parmi lesquelles un début de dégraissage en vue de la cession du club et la prise en charge partielle via l’Etat et le système de chômage partiel lié au Covid. Notons que la prise en charge est plafonnée à 4,5 fois le SMIC, par joueur. La diminution opérée lors de l’exercice 2019-2020 a permis de retrouver une masse salariale dans la moyenne comme le montre le graphique ci-dessous.

Si nous analysons plus précisément cette masse salariale, nous pouvons voir certains défauts inhérents à la gestion Soucasse - Sadran lors des dernières années. En effet, depuis 2018-2019, la masse salariale est supérieure au chiffre d’affaires. Même si cette dernière année est atypique, un tel ratio est problématique, car il signifie que, en dehors d’éléments exceptionnels, le TFC perd forcément de l’argent.

Le problème devient encore plus ennuyeux si nous faisons un rapprochement entre la masse salariale et le classement, comme le montre le graphique ci-dessous. Nous pouvons voir que les salaires ont considérablement augmenté au cours des dernières années (passant de 25 millions d’euros en 2016 à plus de 35 millions en 2019) sans que le classement ne s’améliore vraiment (13ème en 2017, 18ème en 2018).

Depuis l’arrivée de Red Bird et Damien Comolli, le TFC a engagé une forte opération afin de diminuer cette masse salariale, preuve que le problème a bien été identifié et nul doute que les prochains comptes feront apparaître une nette amélioration.

Quant à cette deuxième saison en Ligue 2, le Tèf restera, vraisemblablement, l’équipe avec la masse salariale la plus élevée. Le graphique ci-dessous permet de comparer le TFC à ses principaux rivaux pour cette nouvelle saison.

Toulouse, Dijon, Amiens et Nîmes étaient en Ligue 1 lors de la saison 2019/2020.

Nos derniers articles