logo lesviolets.com
croix occitane
logo lesviolets.com
L'équipe-type de la 36ème journée de Ligue 2 avec 1 joueur du TFC et 2 de Rodez
Finances du TFC, partie 2 : la masse salariale diminue fortement

En 2019, année de la relégation, la masse salariale atteignait sous plus haut niveau de l’histoire du TFC...

En 2019, année de la relégation, la masse salariale atteignait sous plus haut niveau de l’histoire du TFC avec plus de 36 millions d’euros (charges incluses).

Au 30 juin 2021, date de clôture du dernier exercice comptable, la masse salariale chargée est redescendue sous les 24 millions, comme le montre le graphique ci-dessous.

Cette chute s’inscrit dans la volonté de l’ère Comolli de rendre le TFC viable financièrement sans avoir recours au trading de joueurs. Elle est la conséquence de la séparation de plusieurs joueurs (Dossevi, Sangaré, Gradel, Sylla en prêt...) aux salaires importants. Cette politique devrait continuer à porter ses fruits en 2021/2022, avec, par exemple, le départ (libre) de Ruben Gabrielsen.

Il est également aussi possible qu’un reliquat de chômage partiel lié à la Covid-19 ait écrêté la masse salariale.

En dépit de cette réduction des salaires, la masse salariale reste toujours supérieure au chiffre d’affaires, ratio récurent depuis la dernière année d’Olivier Sadran.

Cependant, comparé aux erreurs de recrutement ou au classement moindre que prévu lors des années d’Olivier Sadran, le problème ici est indépendant des choix de gestion du Président Comolli.

Ici, le ratio reste trop élevé, car le chiffre d’affaires s’est effondré à cause de la pandémie et des droits télévisuels qui sont nettement inférieurs en Ligue 2 comparé à la Ligue 1.