Finances du TFC : la trésorerie, inquiétant ? (épisode 2)

Publié le 14 mars 2018 à 15:46 par Romain Ottaviani

Au 30 juin 2016, le TFC avait des comptes bancaires garnis de 2 903 110 euros. Un an plus tard, il n’en reste plus que 134 986. Inquiétant ?

Ce n’est pas forcément inquiétant, mais ce n’est pas non plus rassurant. En effet, la trésorerie au 30 juin 2017 représente un solde à un instant précis. Il faut élargir l’horizon pour avoir une idée plus précise.

Notamment en rajoutant les créances. En l’espèce, les créances clients (ventes de joueurs) sont de 3 156 645 euros et de 3 683 256 pour les autres créances (remboursement d’impôt à recevoir par exemple).

Par contre, il faut aussi déduire les différentes dettes qui, elle, s’élèvent à 4 106 084 euros pour les fournisseurs sans compter les 4 801 192 euros dus en tant que dettes sur immobilisations (partiellement liées aux acquisitions de joueurs non encore réglées en totalité).

Le TFC a donc des décaissements futurs plus importants que les rentrées attendues, ce qui ne va pas arranger la trésorerie même si on ne peut pas savoir sur combien d’années ces dettes pourront être réglées.

Notons qu’en 2014, quand la trésorerie se portait bien (voir le graphique ci-dessous), des dividendes avaient été distribués aux actionnaires pour 1 196 801 euros. A l'inverse, les associés ont consenti à abandonner (provisoirement si possible) 1 123 778 euros de leur compte courant.

La situation est plutôt inquiétante, mais Olivier Sadran a toujours dit que l’activité ne se suffit pas à elle-même pour générer des ressources et du résultat, ce que confirment les chiffres années après années. N’oublions pas que depuis le 30 juin 2017, le TFC a notamment vendu Braithwaite (12,2 millions apparemment) et a donc pu, peut-être, renflouer les caisses ?

Nos derniers articles