Faut-il déjà préparer la saison prochaine en Ligue 2 ?

Publié le 20 février 2020 à 17:00 par Christophe Canard

Au rythme où vont les choses (les concurrents directs qui marquent des points et nous non), le TFC pourrait se voir reléguer très tôt dans la saison, mathématiquement en avril. Alors la question se pose : faut-il déjà préparer la saison prochaine en Ligue 2 ?

Organigramme, direction sportive et entraîneur

Lors de sa conférence de presse au moment du départ d’Antoine Kombouaré, le président Sadran avait laissé entendre que des changements pourraient avoir lieu dans l’organigramme du club, notamment au niveau du recrutement. Si pour l’instant seul Aïssa Fouka a été remercié, il faudra activer la vitesse supérieure, si tant est que la volonté de président soit de restructurer véritablement cette cellule pour le moins faillible depuis plusieurs années. Car une équipe de Ligue 2 compétitive ne peut se construire à partir de juin. Cela demande anticipation et activation de réseau. Il faudra également que le projet sportif soit clair et ambitieux, tant sur le jeu que sur la seule ambition valable à court terme : la remontée, immédiate.

Mais pour cela, il faudra combler un manque un TFC depuis de nombreuses années : celui de directeur sportif. Pantxi Sirieix verra peut-être ses responsabilités élargies. Peut-être faudra-t-il aller chercher ailleurs la perle rare. Quoi qu’il en soit, ce nouvel homme fort devra trouver l’entraîneur idoine pour relancer cette équipe. Un jeune entraîneur, ambitieux dans le jeu, qui connaît bien la L2 et qui souhaitera s’inscrire dans la durée. La question pourrait même se poser de lui donner les rênes dès la relégation effective, en remplacement de Denis Zanko.

Les valeurs marchandes

Mais pour avoir une équipe et un coach compétitifs, il faudra un budget, peut-être même un budget de Ligue 1. Et pour cela, certains joueurs partiront par la force des choses. Gradel, Sangaré, Amian, Saïd, Reynet, voire Koulouris ont une valeur marchande. Kalinic, Isimat-Mirin, Vainqueur, Makengo et Sanogo verront leur contrat et leur prêt s’arrêter. Enfin, le futur coach et le président devront gérer le cas de Dossevi, Leya Iseka, Moreira, Goicoechea, Sylla, Rogel ou même Gabrielsen.

Les jeunes

La problématique va se poser essentiellement pour 4 d’entre eux. Diakité et Koné ont une vraie valeur marchande (respectivement 8 et 6M€), tout comme Taoui ou Goncalves, et il sera donc difficile de refuser de grosses offres les concernant. C’est d’autant plus vrai pour les trois derniers nommés, qui arriveront en fin de contrat en juin 2021, et qu’il faudra donc renouveler ou vendre, sous peine de les voir partir libres l’an prochain. Attention à Adli, également en fin de contrat en juin 2021.

Le rêve

Il restera donc quelques joueurs expérimentés et des jeunes (ceux qui ne sont pas partis plus Rouault, Antiste, Sidibé, Diarra, Zobo, Ngoumou, Bloch, Himeur). Les encadrer par de vieux briscards de la Ligue 2 semble obligatoire. Et pourquoi ne pas tenter un coup en ramenant, par exemple, un Aymen Abdennour ?

Nos derniers articles