Fauré : "À Toulouse, on m'a donné une mauvaise image"

Publié le 13 novembre 2017 à 12:24 par Rédac

Désormais à la retraite sportive, Cédric Fauré a donné une interview à Classic Football Kings. Il revient notamment sur son passage au TFC : "Bon déjà on monte en première division, je marque 10 buts, on arrive à se sauver malgré beaucoup de difficultés, et ensuite il y a un journaliste qui m’appelle et qui me demande quels sont mes projets pour l’avenir. Je lui dis que je suis bien à Toulouse mais que si demain il y avait quelque chose, que si le club et moi on en sort gagnant pourquoi pas. Mais voilà dans l’immédiat je suis Toulousain et j’ai un contrat avec eux, je ne me voyais pas ailleurs. Malheureusement mes propos ont été totalement changés, en disant que je voulais partir et Sadran n’a pas apprécié donc il m’a mis “un tir” comme on dit. Entre temps, Ali Rachedi est devenu directeur sportif et ils m’ont fait savoir qu’ils ne comptaient plus sur moi, que d’autres joueurs arrivaient. Je me dis que je suis sous contrat donc je ne m'inquiétais pas. Puis pendant un stage de Toulouse à Luchon, je m’entraîne avec les défenseurs, ce n'était pas évident pour moi. Puis j’ai eu une opportunité, je suis parti à Guingamp, j’ai fait ma saison là-bas puis malheureusement quand je suis revenu, on ne comptait plus sur moi, et j’ai dû tracer ma route hors du Stadium. Et je pense aussi que l’arrivée de certains joueurs cadres de l’équipe et qui travaillaient déjà avec le groupe Ali Rachedi, puisque c’était un agent avant, l’un dans l’autre ça a poussé pour que je parte. Il y en a un qui m’a dit de ne pas partir, c’était Stéphane Dalmat. Quand j’ai vu qu’ils recrutaient David Suarez qui n’avait aucune expérience en première division alors que je venais de mettre dix buts, j’ai compris que c’était la fin.
Le problème, c’est qu’à Toulouse on m’a donné une mauvaise image. Il y a beaucoup de gens qui ont donné une mauvaise image de moi mais l’image ne fait pas le personnage. J’ai eu une sale réputation, Il y a Antoine Kombouaré qui me voulait quand j’étais à Toulouse. Quand je l’ai eu au téléphone après un certain temps, il m’a dit : “si tu savais mon petit, tout ce que l’on a dit sur toi à Toulouse, c’est normal que tu n’aies pas fini en D1”. A l’époque, il y avait Strasbourg, Nice, Sochaux qui étaient intéressés. J’avais la possibilité de rebondir en D1. Mais le truc, c’est que si j’allais en D1, et que je marquais plus de buts que l’attaquant qui était en place à Toulouse, je pense que les sponsors et les partenaires auraient un peu gueulé. Il y a un truc qui m’a fait le plus râler, c’est que j’ai mis 10 buts et on m’a dit que j’avais fait une mauvaise saison. Moreira est arrivé, il a mis 10 buts, c’était exceptionnel. Et puis Elmander, il est arrivé et il a fait deux saisons, une à dix et une autre à onze buts, avec d’autres joueurs et avec d’autres ambitions. Enfin d’autres ambitions à Toulouse, c’est toujours un peu les mêmes. Etre dixième ou onzième, et puis voilà quoi. Ça aurait fait tâche si j’étais parti je ne sais pas où en ayant mis quinze buts dans la saison, les gens auraient gueulé surement."

Nos derniers articles