Édito : Le changement, c'est maintenant

Publié le 29 juillet 2020 à 09:00 par Christophe Canard

Une semaine après la conférence de presse officialisant la vente du Toulouse FC aux Américains de RedBird, c’était au tour de Patrice Garande de se présenter devant les journalistes.

Évidemment, Damien Comolli n’avait pas de raison de faire autre chose que l’hagiographie de l’entraînement normand : personnalité, détermination, motivation hors du commun, détestation de la défaite, ambition, volonté de venir, vision du jeu qu’il veut mettre en place claire et parfaitement exprimée et américano-compatible, tout comme le management de groupe. N’en jetez plus, la coupe est pleine.

Mais force est de constater que le changement est vraiment arrivé. Là où nous avions l’habitude d’avoir soit quelqu’un qui, certes, savait ce qu’il voulait, mais l’abandonnait au moindre grain de sable (coucou Pep Casa), soit quelqu’un dont le discours guerrier dès la première conférence de presse restera dans les annales tout comme son parcours avec le club, soit enfin quelqu’un qui avait très certainement à cœur de bien faire, mais qui a passé son temps à essayer de sauver ce qu’il était possible de sauver, c’est-à-dire rien, nous avons vu un entraîneur qui, s’il ne s’est pas éternisé plus que ça sur les contours tactiques de ses futures compositions, a su montrer qu’il maîtrisait son sujet et savait de quoi il parle.

Évidemment, son discours a été très orienté sur le mental et la mentalité de son effectif. Le mal qu’a pu causer la saison catastrophique conclue par une relégation méritée est forcément profond. Mais on sent chez Garande une détermination à toute épreuve. Il a tout de suite compris que même si les joueurs pouvaient assumer ce qui s’était passé, il leur fallait aussi faire le deuil très rapidement de tout ça. Son optimisme sur leurs capacités à tourner la page grâce à des petits ressorts qu’il trouverait avec chacun est contagieux. Et il a su dès sa première conférence de presse transmettre aux journalistes et aux supporters son message, le message qu’il avait donné à son groupe.

D’ailleurs, comme d’autres avant lui bien sûr, il a fait appel au peuple Violet. Et si les déceptions sont récurrentes depuis 5 ans, l’assurance avec laquelle le Normand parle fait plaisir à voir, prouve une certaine sincérité et redonne espoir. Évidemment, il a répété que c’était aux joueurs et au staff d’aller chercher les supporters en ayant une âme quoi qu’il arrive, et même que ça se ferait facilement si les supporters pouvaient se retrouver dans l’identité de jeu et l’osmose entre eux et l’équipe. Mais il a aussi dit que rien ne se ferait sans nous.

Alors oui, il manquait à cette conférence de presse un discours approfondi sur sa vision du jeu, qui dépasserait le simple "j’ai envie d’attaquer, jouer vertical, défendre en avançant", "le Stadium doit devenir un lieu de souffrance pour les adversaires, il faut se le réapproprier", ou encore "les jeunes joueront s’ils sont bons". Il n’a pas détaillé les animations défensives et offensives qu’il est en train de mettre en place. Gageons que cela viendra la préparation aidant, avec les transformations à venir de l’effectif et à l’approche de la compétition. Mais la volonté est là, et la détestation de la défaite affleure dans tous ses propos quand on en vient enfin à parler football. Dès l’entraînement, les attaquants doivent n’avoir qu’une idée en tête : marquer, marquer, marquer. Et être déçus s’ils ne le font pas. Le discours global est franchement très ambitieux.

A titre personnel, son ambition aura été d’avoir su attendre le bon projet, celui du club de la 4ème ville de France, "un club de Ligue 1 qui est en Ligue 2". On sent également, au travers du discours sur son staff, qu’il possède cette qualité précieuse de savoir s’entourer, déléguer mais quand même choisir. Il a suivi le foot pendant qu’il était au chômage, et a su procéder à une introspection personnelle. Ce qui lui permet déjà, contrairement à d’autres, de connaître le nom de son premier adversaire.

Et ça, c’est déjà un très grand changement.

Nos derniers articles