Echouafni : ''Autant de supporters toulousains que de Marseillais au Stadium''

Publié le 10 mars 2018 à 08:25 par Anthony Labatut

Approché par le TFC pour succéder à Pascal Dupraz au poste d'entraîneur cet hiver (lire aussi), Olivier Echouafni a accordé une interview à La Dépêche du Midi avant TFC - OM (demain à 21h, sur Canal+). En voici les détails...

Comment expliquer la forte présence de supporters marseillais à Toulouse ?

''Ce n'est pas spécifique à Toulouse, c'est dans tous les stades ! L'OM a des supporters dans toute la France. Même quand on était en deuxième division et qu'on se déplaçait à Dunkerque (Echouafni a joué à Marseille entre 1995 et 1998, ndlr), il y avait des sections de supporters présentes dans la ville. Il y a une passion qui se transmet de génération en génération. L'OM est un club phare et il le restera. Je me souviens d'une anecdote : quand on était venu au Stadium avec l'OM en 97-98, on avait gagné 4 à 0. Dans le stade, il y avait autant de supporters toulousains que de Marseillais, j'étais très surpris. À chaque fois qu'on marquait, il y avait une grosse ferveur en tribune.''

Pourtant, excepté le titre de 2010, l'OM n'a pas gagné ces dernières années, mais reste très populaire chez les jeunes.

''Les jeunes s'identifient aux équipes qui gagnent, comme Lyon dans les années 2000, où le PSG aujourd'hui. On compare toujours l'OM au PSG car c'est le grand match, la grande rivalité. Il y a beaucoup de supporters de l'OM à Paris, mais l'inverse est un peu moins vrai… Marseille, c'est une ville de foot, avec une histoire, au même titre que Saint-Etienne, ou Lens. Le foot prend une place énorme dans ces villes. Dans d'autres, un peu moins.''

À l'inverse, le TFC peine à remplir le Stadium. Quelles en sont les raisons ?

''Déjà, il faut noter que le Stadium est un grand stade… Ensuite, à Toulouse, il y a le Stade Toulousain, qui prend beaucoup de place même si dernièrement ils ont eu moins de réussite. Toulouse est aussi une ville avec d'autres offres de loisirs, pas loin des Pyrénées et de la plage. Cependant, les vrais supporters restent, et il faut que le club s'appuie sur eux, ce noyau dur, pour devenir un grand clubÀ Marseille par exemple, l'OM est ancré dans les mentalités. Petit, on vous met un jogging de l'OM sur le dos : il y a une passion qui se transmet de génération en génération.''

Quel regard portez-vous sur la saison toulousaine ?

''Ce n'est pas simple de jouer avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Mais il reste des matchs, et le classement est très serré. Tous les matchs vont compter, tous les buts vont compter. Mais je ne me fais pas de soucis pour le TFC. Les Toulousains ont largement les moyens de s'en sortir.''

Nos derniers articles