Disparition de Christophe Revault : une Légende Violette

Publié le 07 mai 2021 à 07:00 par Christophe Canard

Depuis hier soir, les hommages pleuvent à la suite de l’annonce du décès de Christophe Revault, à seulement 49 ans. Du Havre ou de Toulouse, l’émotion est très forte. Retour sur un parcours qu’on aurait préféré retracer bien plus tard.

Christophe Revault a été formé chez le doyen des clubs français, Le Havre AC. Comme un symbole de ce que sera sa future carrière, son premier match en Ligue 1 est spectaculaire. Remplaçant Fabien Piveteau blessé au Parc des Princes, il ne peut empêcher la défaite 1 à 0, mais ces multiples arrêts spectaculaires, poussent Georges Weah à traverser le terrain au coup de sifflet final pour lui offrir son maillot en guise de félicitations. Nous sommes alors en 92, et Christophe disputera à partir de là 134 matchs avec son club formateur en Première Division, en enchaînant trois saisons consécutives à 38 matchs. Régulièrement appelé en équipe de France, mais malheureusement toujours uniquement sur la feuille de match, il est sacré trois années de suite entre 95 et 97, meilleur gardien de D1 par France Football.

À l’intersaison 97, il signe au Paris-Saint-Germain pour remplacer Bernard Lama. Le natif de Paris voit alors un de ses rêves d’enfance se réaliser, jouer pour le club de la capitale. Malheureusement, le Guyanais ne part pas avant le mois de janvier, et même s’il ne joue pas, son ombre planera toujours au-dessus de Revault. Après plusieurs erreurs grossières, notamment face au Bayern Munich, Christophe perdra sa place au profit de Vincent Fernandez, et ratera la Coupe du Monde 98.

Après deux saisons à Rennes sous les ordres de Paul le Guen, il rejoint en 2000 le Toulouse Football Club. Rétrogradé à la fois sportivement et administrativement à la fin de cette première saison, Christophe décide de ne pas quitter le navire, et convainc même d’autres joueurs cadres comme Stéphane Lièvre ou William Prunier de rester fidèles au club, et d’accompagner la génération Pitchoun, avec qui il gardera des liens forts, notamment suite à l’explosion de l’usine AZF en 2001. La fin de l’aventure au Capitole est malheureusement quelque peu mitigée, puisque entre la rumeur du retour de Fabien Barthèz au club et l’arrivée d’Elie Baup qui lui préfère alors Nicolas Douchez, Christophe quittera le club à l’été 2006.

Après un bref retour sans jouer au Stade Rennais, il revient au Havre en 2007. Il participe à la remontée du club historique en Ligue 1, mais ne peut malheureusement pas le réinstaller durablement au plus haut niveau et les Normands sont rétrogradés la saison suivante. Il met un terme à sa carrière en 2010, mais reste en Normandie, où il officiera en tant que superviseur, recruteur, mais aussi conseiller du mythique président Jean-Pierre Louvel. Par deux fois, en 2012 puis en 2015, il prendra temporairement les rênes de son club formateur, pour des succès probants, puisqu’en 12 matchs dirigés, il obtient dix victoires, un nul et seulement une défaite.

Christophe Revault a discuté 530 matchs professionnels, 219 avec le Tèf dont il a été le capitaine 100 fois. À l’occasion des 80 ans du club en 2017, il est élu gardien de l’équipe de légende toulousaine. À travers sa carrière et son passage sous les couleurs violettes, il laissera l’image d’un gardien spectaculaire et talentueux, parmi les meilleurs de sa génération. L’homme, quant à lui, a marqué de son empreinte l’histoire du club, et si notre cœur, aujourd’hui, est brisé, consolons-nous un peu en sachant que le sien était à moitié violet.

Nos derniers articles