Découvrez les notes des Toulousains pour cette première partie de saison

Publié le 30 décembre 2021 à 16:00 par Arthur Stroebele

La rédaction du site LesViolets.Com vous propose les notes des Toulousains pour cette première partie de saison.

Maxime Dupé - 6,5/10 : Numéro 30 dans le dos avant que ce ne soit rendu à la mode par Leo Messi, le divin chauve fait tout pour permettre aux Violets d’affronter l’Argentin la saison prochaine. Presque irréprochable sur toutes les rencontres, Dupé est un indiscutable. Moins en forme en cette fin d’année, mais les parades à Nîmes laissent présager un 2022 radieux, et nous portera tout là-haut. Ma-cîme Dupé.

Isak Pettersson - Penalty / 10 : Dans les buts, il dégage quelque chose d’aussi rassurant qu’un positif au Covid sans masque en face de nous. Et pourtant, Isak est notre anticorps sur les penalties. On a redécouvert le Suédois à Libourne, et ça fait plaisir tant il semble parfait dans l’état d’esprit. Moins dans cette coupe de cheveux incompréhensible ?

Mikkel Desler - 7,5/10 : Mikkel, Mikkel ? Présent. Ultra présent, même. Le Danois est arrivé sur la pointe des pieds, et ressort de cette première partie de saison comme le meilleur latéral de Ligue 2. Voilà quelqu’un qui sort du lot à droite, cher Xav’.

Sam Sanna - 3,5/10 : Bien moins utilisé sous Montanier qu’avec Garande, il a vécu des semaines difficiles. Mais toujours très sympathique, ceci dit.

Issiaga Sylla - 5/10 : Avouez-le, on a tous l’impression qu’il était déjà au club quand le Tef a sorti le Naples de Maradona. Issiaga fait partie du patrimoine violet, c’est un meuble, un lustre, un bibelot. Bref, on a tous envie de le changer, il ne fait plus d’effet à grand monde, mais ça serait la fin d’une ère.

Moussa Diarra - 4/10 : Et si notre ami Issiaga est toujours présent, c’est aussi et surtout dû à une concurrence famélique incarnée par le Pitchoun. Il n’est absolument pas latéral gauche. Défenseur central à la limite, voire même plutôt numéro 6. Par contre, il est clairement numéro 10 dans les vestiaires après les victoires.

Rasmus Nicolaisen - 6/10 : Sosie du Domi Arribagé de la belle époque (celle où il n’était pas entraîneur, donc, mais toujours avec son brushing), le Danois nous a fait peur. Une lenteur à faire pâlir Dusan Veskovac. Et puis, il s’est adapté petit à petit, jusqu’à devenir un élément solide du onze. Pas venu pour le tourisme, Rasmus.

Bafodé Diakité - 6/10 : Nouveau maestro du cri de guerre, Bafo réalise une belle première partie de saison. Moins de relances insensées dans l’axe, moins de glissade, et plus de fiabilité : on poursuit !

Anthony Rouault - 7/10 : Très clairement la révélation de ce début de championnat en défense. Après un été tumultueux à cause d’une prolongation quelque peu compliquée, le Pitchoun s’est imposé comme un futur patron. Bon dans la relance, bon dans le duel, Rouault n’a montré que peu de failles. Vive le professeur Rouault.

Logan Costa - 5/10 : Le jeune défenseur central se fait une place dans le groupe, notamment grâce à la Coupe de France. Intéressant physiquement. On te laisse conduire ton chemin, Logan.

Steve Mvoue - 5,5/10 : Les publications Instagram implorant les divinités pour qu’il joue ont enfin fonctionné : nous avons vu le Camerounais - et pas seulement dans le temps additionnel - sous le maillot toulousain ! Et c’est plutôt agréable, d’ailleurs. Perfectible, il semble quand même en avoir sous le pied. Une progression à la Sangaré, c’est tout ce qu’on lui souhaite. Dieu nous le rendra.

Stijn Spierings - 6,5/10 : Stijn, notre teigne favorite. Sans lui, difficile de dire où en serait l’assise défensive toulousaine, déjà fragile par moments. Si la data nous écoute, on en veut d’autres des Hollandais au nom britannique qui évoluent en Bulgarie.

Branco Van den Boomen - 8/10 : Que notifier de plus sur lui ? Tout a déjà été dit ou écrit. Une seule chose. À ceux qui votent pour le joueur du mois et qui ne l’ont jamais élu : vous êtes des ennemis du football. Tous branques de Branco.

Brecht Dejaegere - 4,5/10 : Le kidnapping de l’été a peut-être eu des séquelles. Pas forcément certain qu’il fut très heureux de rester, le Belge s’est remis dedans mais il est moins influent que l’an passé. Le faire jouer ailier gauche n’a pas beaucoup aidé non plus. Deux-Jégères ne fait même plus souffrir les commentateurs… On t’attend Brecht.

Naatan Skytta - 4/10 : Une certaine hype semble exister autour de lui. Elle est, à vrai dire, difficile à comprendre. Quelques aptitudes intéressantes mais au-delà de ça, le Finlandais ne s’est jamais réellement distingué. Le voir avec bien davantage de temps de jeu qu’un Bangré étonne.

Denis Genreau - 5,5/10 : Le recrutement le plus exotique du dernier mercato. Le milieu a montré de belles qualités, de hargne, et de technique. Parfois beaucoup de courses ou d’activité dans le vide, mais il remplit parfaitement son rôle de supersub au milieu. Un Australien avec un protège-dents : ramène-nous les 3 points, Denis.

Mamady Bangré - 3,5/10 : Pourquoi a-t-il à ce point disparu de la circulation ? De bonnes choses en tout début de championnat avant de carrément sortir du groupe la plupart du temps ensuite. Bangré mal gré.

Nathan Ngoumou - 7/10 : Le facteur X sur beaucoup de matchs. Une rapidité féroce, une jolie finition, un flow digne des plus grands et surtout très peu de coups de mou. La progression de Ngoumou semble presque inattendue, tant l’an passé il était dans l’ombre de ses anciens compagnons du centre de formation.

Rafael Ratão - Pastis / 10 : Un nom qui aurait pu entrer dans les plus grands flops de l’histoire récente du TFC. Et pourtant, sans être fantastique à tous les matchs, le Brésilien a conquis le Stadium. Le joueur capable de débloquer les situations, dans toutes les positions, il est là. Le joueur capable de relancer l’économie nocturne toulousaine, il est aussi là. Vivement la fête de la montée.

Ado Onaiwu - 6,5/10 : Difficile de juger un joueur qui arrive d’un autre continent, d’une autre culture et qui ne joue surtout quasiment jamais à son poste. Mais Ado n’a pas fait sa crise, a appliqué les demandes de son coach et s’attache avec une attention toute particulière au repli défensif. Avec de la réussite devant les buts en début de saison devant, puis avec davantage de difficultés au cœur de l’automne. Mais on a beaucoup aimé ce qu’on a vu d’Onaiwu.

Rhys Healey - 7,5/10 : Meilleur buteur de Ligue 2, ses statistiques sont presque parfaites. Sa chanson enflamme le virage, et l’homme semble très heureux dans la ville Rose. En revanche, ne pas souligner ses lacunes techniques et son égoïsme parfois exacerbé devant les buts ne serait pas une parfaite description du joueur qu’est notre Rissili. La nuance, toute la clé avec Rob. À lui de nous mener dans l’élite !

Yanis Begraoui - 2,5/10 : Très grosse déception. Sa meilleure action de la saison restera pour le moment sa vidéo de présentation version France 3. Pour le reste, il va falloir faire beaucoup mieux. Clairement un non pour Begraoui.

Rapnouil - Serber - Zobo - Himeur : Vu (ou même pas pour certains).

Nos derniers articles