Cortège "Tous en violet" et TFC - OM : J'y étais pour vous

Publié le 12 mars 2018 à 09:30 par JB

Par JB,

C'était un dimanche comme on les aime : du soleil, des supporters et un match du TFC à enjeu. J'y étais pour vous. Récit.

Après une semaine d'organisation - réunions, validation par la préfecture, communication - le rassemblement "Tous en Violet" a tenu toutes ses promesses. De mémoire de supporters, une telle ambiance n'avait plus été vécue depuis le fameux déplacement à Angers en mai 2016. Dès 18h00, des centaines de supporters se sont retrouvés à La Daurade. Sans attendre le départ du cortège, les chants se sont multipliés sans jamais s'arrêter et plusieurs fumigènes, tolérés pour l'occasion, ont été craqués.

L'ambiance est montée crescendo, dans une atmosphère très bon enfant. Pendant la marche vers le Stadium, les sourires ne se cachent pas : de plus en plus de monde rejoint le mouvement. Même les voisins de quartier, aux fenêtres, sortent pour photographier et participer à l'événement. Après une heure de marche, le cortège accélère le pas au niveau du Pont Saint-Michel pour ne pas manquer l'arrivée du bus des joueurs.

Tout ce beau monde s'est rassemblé sous le pont du Stadium pour une ambiance des grands soirs : dans une fumée rouge, les chants résonnent dans toute l'Île du Ramier. "Mais c'est Galatasaray ce soir" peut-on entendre dans la bouche de plusieurs supporters. Sur les coups de 19h30, le bus passe en quelques secondes sous les chants. On peut vous le garantir : le succès de cette opération nous donne des idées pour l'avenir et nul doute que de nouveaux cortèges seront organisés durant les prochaines saisons.

Après ce grand moment "violet", les milliers de supporters se retrouvent dans le Stadium : certains iront donner de la voix pendant l'échauffement, quand d'autres sont allés prendre un selfie avec Johan Elmander à La Bodéga. A l'entrée des joueurs, les Indians en remettent une couche avec un sublime tifo "This is our city."

Sur le terrain, on revit le scénario de TFC - Monaco : les adversaires dominent le début de match et marquent vite par Ocampos. Dix minutes plus tard, sur une percée de Sylla, Mubele égalise. Le Stadium retrouve de la voix et de l'envie. Le TFC domine jusqu'à l'heure de jeu, mais Mandanda détourne - avec classe - les frappes violettes. Notre chance est passée.

Finalement, Rudi Garcia fera la différence en faisant entrer Payet et Mitroglou. L'international français sert le Grec, qui n'était pas hors jeu, et qui assomme les Toulousains. C'était un joli dimanche, qui aurait mérité une meilleure fin, tant les supporters et les joueurs ont été séduisants.

Nos derniers articles