Cinq choses à savoir sur Isimat-Mirin, le nouveau défenseur du TFC

Publié le 21 août 2019 à 11:40 par JB

Nicolas Isimat-Mirin a officiellement été prêté avec option d’achat par le Besiktas au TFC. La rédaction du site LesViolets.Com vous propose cinq choses à savoir sur lui.

La Ligue des Champions, il connaît

Âgé de 27 ans, Isimat-Mirin a connu quatre clubs professionnels : Valenciennes, Monaco, PSV Eindhoven et Besiktas. Avec le club hollandais, de 2014 à 2018, le défenseur a pu disputer 22 matchs de Coupe d’Europe. Dans le détail : 14 de Ligue des Champions (12 de poules, 2 en tour préliminaire) et 8 de Ligue Europa (6 de poules, 2 en tour préliminaire).

Dossevi, un ami

Matthieu Dossevi et Nicolas Isimat-Mirin ont joué ensemble au début des années 2010 à Valenciennes (photo ci-dessus, Dossevi en haut à gauche, Isimat-Mirin troisième en partant de la gauche debout). Sur Twitter, le milieu offensif toulousain a d’ailleurs immédiatement réagi lorsque la possibilité de voir le défenseur rejoindre le Tèf a fuité dans la presse :

Champion mon frère !

En plus d’avoir pris part à des matchs de Coupe d’Europe et avoir connu l’équipe de France Espoirs, Isimat-Mirin a soulevé 5 trophées : 3 titres de champion avec le PSV et 2 Supercoupes des Pays-Bas.

Cité dans les Football Leaks

Alors qu’il venait de lancer sa carrière en Ligue 1, Isimat-Mirin signe à Monaco durant l’été 2013 pour 4 millions d’euros. En février 2019, ce transfert a été cité dans les fameux Football Leaks. Et pour cause, l'ancien patron du Valenciennes Football Club, Jean-Raymond Legrand, a sauvé son club financièrement grâce au montant de ce transfert, alors que d’autres clubs voulaient le joueur. En échange, il a joué un rôle d’informateur pour l’ASM, à l’époque en conflit fiscal avec la LFP.
Résultat : Isimat-Mirin n’a disputé que 11 matchs avec Monaco et a quitté la Ligue 1 quelques mois plus tard pour le PSV.

Tout proche d’Amiens

L’été dernier, Rennes était très intéressé par sa venue. Le club breton avait finalement engagé Damien Da Silva. Cette année, Amiens était en pole position jusqu’au week-end dernier. Certains médias indiquaient même que le club picard était quasi certain de l’accueillir. Mais Toulouse a finalement raflé la mise.

Nos derniers articles