logo lesviolets.com
croix occitane
Mercato : le TFC retenterait sa chance avec Hamza Sakhi
Cinq choses à savoir sur Zakaria Aboukhlal, la première recrue estivale du TFC

La data a de nouveau frappé pour révéler le nom du premier renfort toulousain, en la personne de Zakaria Aboukhlal.

La data a de nouveau frappé pour révéler le nom du premier renfort toulousain, en la personne de Zakaria Aboukhlal. L’international marocain arrive en provenance d’Alkmaar contre un chèque de 2 millions d’euros, et espère bousculer la hiérarchie offensive. Sera-t-il une nouvelle bonne pioche ? En attendant, voici 5 faits à connaître sur notre nouveau numéro 6.

1. Une formation à la sauce hollandaise

Natif de Rotterdam, Aboukhlal a vécu toute sa vie aux Pays-Bas, hormis quelques années à Casablanca. C’est donc bien en Hollande que le joueur a découvert l’art du football local, en rejoignant très tôt Gorinchem. Peu de temps après, il rejoint le centre de formation de Willem II, où il se développe durant huit années aux côtés d’un certain Frenkie de Jong. En 2017, il est ensuite repéré par des scouts du PSV Eindhoven, et décide de se perfectionner sous les ordres de Mark Van Bommel. À l’issue de deux ans prometteurs à Eindhoven, où il fera ses débuts avec les pros, Aboukhlal se lance pour de bon à l’AZ Alkmaar, son club depuis trois saisons. Auteur de 12 buts en 89 matchs (tcc) sous le maillot blanc et rouge, le Marocain va donc découvrir avec Toulouse sa première expérience à l’étranger.

2. Il a refusé Tottenham et Everton !

Zakaria Aboukhlal aurait pu par deux fois évoluer en Premier League, mais celui-ci a préféré décliner les offres venues d’Angleterre. En 2017, lors de sa première année à Eindhoven, les Hotspurs lui soumettent une offre concrète. Après une période de réflexion avec sa famille, l’attaquant refuse pour finalement rester aux Pays-Bas. Deux ans plus tard, c’est Everton qui tente de l’approcher lors de sa première année à Alkmaar, mais une fois de plus, Aboukhlal privilégie la réussite locale avant un départ précoce à l’étranger. Ainsi, son arrivée à Toulouse semble être le fruit d’une vraie maturation professionnelle.

3. Une riche expérience internationale… entre Pays-Bas et Maroc

Né d’un père libyen et d’une mère championne d’athlétisme marocaine, le néo-Toulousain possède la double nationalité hollandaise et marocaine. Avec les Oranje, il a connu une carrière internationale prometteuse chez les jeunes, en étant sélectionné des U16 jusqu’aux U20. Auteur de 12 buts en 35 capes confondues, l’ailier a pourtant choisi de représenter le Maroc à partir de 2020. Rapidement convoqué avec l’équipe première marocaine, Aboukhlal a déjà participé à plusieurs compétitions prestigieuses sous la direction de Vahid Halilhodzi? : convoqué lors de la CAN 2022, il figure actuellement dans le groupe international des Lions de l’Atlas, et a de grandes chances d’être sélectionné pour la Coupe du Monde 2022 au Qatar, cet hiver. L’espoir africain possède donc un vrai bagage international non-négligeable.

4. Un style de jeu polyvalent, à l’instar de Junior Flemmings

Formé durant toute sa jeunesse en tant qu’attaquant de pointe, Aboukhlal s’est progressivement transformé en ailier. Capable de jouer sur les deux côtés, le gaucher de 22 ans préfère malgré tout l’aile droite, pour jouer en faux pied et repiquer dans l’axe. Vrai renard des surfaces doté de qualités athlétiques (1,79m), il est aussi considéré comme parfois nonchalant et égoïste sur certaines phases de jeu. Quoiqu’il en soit, son profil assez atypique vient enrichir les possibilités offensives de Philippe Montanier, en venant concurrencer Healey, Onaiwu, Ratão, Ngoumou, Begraoui et Flemmings.

5. Le 10ème marocain des Violets

En rejoignant la Ville Rose, Zakaria Aboukhlal est devenu le dixième joueur marocain de l’histoire du club à enfiler la tunique violette. Il succède ainsi à ses compatriotes Ahmed Tibari (1961-1962), Abdelkrim Merry Krimau (1981-1982), Walid Regragui (1999-2001), Yacine Abdessadki (2005), Rédah Atassi (2008-2011), Adrien Regattin (2009-2016), Driss Khalid (2011-2017), Adil Hermach (2013) et Zinédine Machach (2014-2017).

Bienvenue à Toulouse Zakaria !