Casanova : "On est resté tendu, sur la défensive"

Publié le 12 mai 2019 à 00:10 par JB

Voici l’interview d’Alain Casanova après Amiens - TFC (0-0).

Alain, quelle est votre première réaction ?
On va se contenter du point et de l’état d’esprit affiché. Sur le plan du jeu, ça n’a pas été notre meilleur match. Quand ça devient important, la pression est là et l’enjeu prend le pas sur le jeu. Il y a eu des erreurs techniques des deux côtés et très peu d’occasions. On est resté tendu, sur la défensive, avec très peu d’enchaînements. On a eu un moment difficile en seconde période, et l’entrée de Cahuzac nous a bien stabilisé. J’aurais préféré qu’on fasse un meilleur match, et qu’on se donne la possibilité de le gagner.

Que retenir de positif de cette rencontre ?
Ce soir, c’est l’état d’esprit qui est à ressortir. On a été solide défensivement. On a défendu ensemble, à 11, pour pouvoir ensuite bien attaquer, même si on l’a pas trop fait.

Quel était le sentiment du vestiaire après le coup de sifflet final ?
On n’a pas réussi à faire le match qu’on voulait faire. On est tous frustrés, moi le premier. Les joueurs espéraient faire mieux et prendre les trois points. Je leur ai dit que ce n’était pas notre meilleur match, mais que j’allais retenir notre état d’esprit. Je ne vais pas aller jusqu’à dire que j’aurais préféré qu’on fasse un meilleur match et le perdre, mais, les joueurs ont senti qu’il fallait défendre ce point. On a eu du mal à attaquer, on avait le frein à main.

Un mot sur Jullien, auteur d’une belle prestation ?
Christopher, quand il est dans cet état d’esprit, avec cette détermination et cette assurance, c’est un joueur de très haut niveau.

Pourquoi avoir maintenu votre confiance à Sanogo en attaquant ?
Je pensais qu’il fallait peser physiquement sur cette charnière, l’user. Yaya Sanogo devait faire ce travail de sape, puis ensuite laisser Aaron Leya Iseka ou Firmin Mubele profiter des espaces dans la profondeur.

Êtes-vous inquiet par votre situation au classement ?
Il manque des points, je n’arrête pas de le dire. Je ne sens pas mon groupe inquiet, mais on est conscient de la situation. Dans le football, tout peut arriver, on l’a bien vu en Ligue des Champions. Il faut compter sur nous-mêmes. On a deux matchs pour se mettre à l’abri.

Nos derniers articles