Caen 2-2 TFC : Un nul dont on se contentera

Publié le 12 January 2021 à 13:00 par Samuel Cadène

Mal embarqué sur la pelouse du SM Caen, le TFC arrache un match nul dans les derniers instants de la partie au mental et termine la première moitié de la saison à la deuxième place de la Ligue 2. 

Si au soir du 19 septembre, après le match nul arraché à peu près dans les mêmes conditions sur le terrain de Clermont, on nous avait dit que nous serions deuxièmes quinze journées plus tard, peu d'entre nous y auraient cru. Pourtant, c'est en se rendant pratiquement invincible loin du Stadium que les Violets ont rendu cette prédiction possible. Hier encore, alors qu'ils étaient en ballotage plus que défavorable après les deux buts normands, les joueurs de Garande n'ont pas abdiqués et, au mental, sont revenus dans le match.

Alors bien sûr, on retiendra que la première du Marseill... (Belge !) Sébastien Dewaest ne nous a pour l'instant pas permis d'oublier les errements défensifs de Gabrielsen, tant les siens étaient encore plus grossiers. Coupable (au même titre que Kelvin Amian) sur le premier but de regarder filer Nsona, le défenseur n'y est en revanche pour rien si Maxime Dupé a totalement raté sa sortie au-devant de l'attaquant Caennais qui n'a eu qu'à pousser le cuir dans le but vide pour l'ouverture du score. 

Bis repetita sur le deuxième but concédé. Riou, le gardien adverse, est passeur décisif pour Alexandre Mendy sur un long ballon dans le dos de Dewaest. L'erreur de communication entre le néo-toulousain et son gardien de but permis alors à l'attaquant prêté par les Girondins de Bordeaux de doubler la mise après un peu plus d'un quart d'heure de jeu.

Et Bafodé Diakité fut !

Si le 11 janvier avait pu être la date choisie par le réalisateur du film "Un jour sans fin" alors Bafodé Diakité serait sans doute le meilleur buteur du championnat. Souvenez-vous, le 11 janvier 2020, dans la froideur du Stadium, le Pitchoun avait sonné la révolte en inscrivant un doublé contre Brest (match finalement perdu 2-5). Et bien comme un symbole, hier soir, son pétard de plus de trente mètres a laissé les vingt-et-un autres acteurs totalement spectateurs et a remis Toulouse dans le sens de la marche à une minute de retourner aux vestiaires. Avant lui, c'était Steven Moreira et Kelvin Amian qui avaient fait chauffer les gants de Riou. Comme quoi, dans cette équipe, le danger peut venir de vraiment n'importe où.

Du reste, dans le jeu, on retiendra le passage à vide de Branco Van den Boomen qui semblait totalement à côté de ses pompes hier soir et qui a vendangé un nombre incalculable de corners dans le Calvados. On notera aussi que Patrice Garande s'est offert un nouveau totem d'immunité en réalisant le coaching parfait puisque son seul changement fut celui qui permit à Ngoumou d'égaliser à dix minutes de la fin. 

Toulouse a réussi à prendre un point après avoir été mené de deux buts face à une équipe du Top 6, et à l'extérieur. S'il ne fallait retenir qu'une chose de cette soirée, nous dirions sans hésiter que c'est le mental hors norme de ce groupe. Attention cela dit, Grenoble sera un adversaire d'un calibre supérieur samedi prochain mais en attendant : savourons, nous sommes seconds ! 

Nos derniers articles