logo lesviolets.com
croix occitane
Les Indians ont rencontré les capitaines du TFC, une mise à plat positive
Brecht Dejaegere, c'est grave docteur ?

Brecht Dejaegere n'a pas le même visage que la saison dernière…

Arrivé en prêt de La Gantoise pour la saison 2020/2021, Brecht Dejaegere est rapidement devenu une pièce essentielle du jeu toulousain sous Patrice Garande. Avec son numéro 31, ses 3 buts et ses 10 passes décisives la saison dernière, "Bibiche" avait gagné le cœur des supporters qui n'attendaient qu’une chose : le voir signer officiellement au TFC. Le club a exaucé ce vœu le lendemain du barrage retour face à Nantes, en annonçant la signature de Dejaegere au TFC jusqu’en 2023. Dans la foulée, le Belge a récupéré le numéro 10 inoccupé depuis le départ d’Aaron Leya Iseka, ainsi que le brassard de capitaine confié par Philippe Montanier. Pourtant, malgré ses 2 buts et 3 passes décisives cette saison, Bibiche n’a pas le même visage que la saison dernière. La rédaction du site LesViolets.Com s’est penchée sur les potentielles raisons de cette baisse de niveau.

La Covid-19

La saison passée, le TFC n’a malheureusement pas été épargné par la Covid-19. Brecht non plus. En mai dernier, Patrice Garande expliquait que Bibiche avait été plus marqué que certains autres cas positifs de l’effectif : "Quand il a commencé, il n’arrivait pas à respirer et n’avait pas de jambe". On le sait, les cas positifs au Covid-19 peuvent mettre plus ou moins de temps à récupérer et à retrouver toutes leurs capacités physiques. De plus, le Belge avait ressenti quelques gènes musculaires lors de la préparation estivale, ce qui l’avait empêché de jouer l’amical face à la Real Sociedad B.

Sa signature au TFC

Vous aviez déjà pu le lire sur LesViolets.Com cet été, le TFC a annoncé la signature de Dejaegere au TFC pour 1,5 million d’euros sans que les discussions entre le club et le joueur soient bouclées. En effet, même si la volonté du joueur était de quitter La Gantoise, les termes du contrat n’avaient pas encore été bien définis. Cela explique en partie la non-communication sur les réseaux sociaux du joueur suite à l’annonce du club. Même si les probabilités de ventes étaient très faibles, plusieurs clubs de Ligue 1 suivaient attentivement le dossier de Dejaegere, en lui proposant un projet et un contrat sûrement plus alléchant qu’à Toulouse. Non, nous ne disons pas que Dejaegere ne voulait pas rester au TFC, mais ces situations peuvent être une des raisons de son début de saison moyen.

Un jeu différent

Concentrons-nous désormais sur le terrain. Les zones d’activités de Brecht sont totalement différentes entre la saison dernière et cette saison. Très actif sur le côté droit l’an dernier, Dejaegere est maintenant plus actif partout sur le terrain, en délaissant sa zone préférentielle de la saison passée.

Dans ce positionnement, bien que son efficacité dans la discipline reste identique (46% de réussite) Brecht joue beaucoup moins de duels offensifs : 135 la saison dernière, seulement 83 cette saison après 13 matchs disputés. Dans cette même logique, Brecht tente beaucoup moins de dribbles (53 la saison passée, 30 cette saison), mais là aussi, son efficacité est identique avec 64% de dribbles réussis. Dejaegere récupère également moins de ballons dans son camp (25 contre 16), et se crée presque deux fois moins d’occasions que la saison passée. Dejaegere manque également de précision, en 13 matchs la saison passée, le Belge avait frappé au but 13 fois, dont 8 cadrés (62%) et centré 18 fois dont 8 réussis (44%). Cette saison, Brecht a frappé et centré autant de fois, mais avec des pourcentages de réussite beaucoup plus faibles : 23% au tir, 22% sur les centres. Par contre, Dejaegere perd moins de ballons cette saison (78 cette saison, 91 la saison passée).

C’est donc statistique, Brecht n’est pas au top de son potentiel cette saison et cela se ressent sur le terrain. Il y a malgré tout des motifs d’espoirs : Bibiche se crée les opportunités de centre et de frappe, mais il manque l’efficacité. Cela pourra s’améliorer avec un regain de confiance et du travail à l'entraînement. Son positionnement est sûrement encore à travailler avec coach Montanier pour tirer tout le potentiel du chouchou du Stadium. Le super début de saison de Branco van den Boomen peut également être une des raisons du début de saison moyen de Brecht : Branco prend plus de place, cela peut déséquilibrer les automatismes du milieu de terrain. Peut-être également que le rôle de capitaine est un poids trop lourd pour Bibiche, bien qu’il semble avoir le profil idéal en étant au cœur du jeu et en parlant plusieurs langues. Quoiqu’il en soit, ce début de saison sera vite oublié quand Bibiche retrouvera son niveau de la saison dernière. Un repositionnement, une discussion avec le coach, un peu de repos, un but… Il suffit parfois de peu pour avoir un déclic, la saison est encore longue.

Brecht, les supporters sont avec toi ! Et ce, dès samedi face à Sochaux.