Bordeaux 4-2 TFC : Titanic sur Garonne

Publié le 13 mai 2018 à 10:00 par Pierre Pambrun


Après que les pitchouns de l’équipe réserve ont accroché leur droit de jouer l’ultime rencontre pour la montée en National 2, les professionnels défient l’adversaire historique pour se donner le droit de jouer le maintien en L1. Malgré le boycott des principaux groupes de supporters toulousains (lire par ailleurs), une cinquantaine de Violets peuplent le parcage bordelais.

Pendant les premières minutes, le TFC joue relativement haut, sans se montrer dangereux pour autant. Finalement, la première chaude alerte est bordelaise avec Kamano qui mange la feuille, rattrapé par Amian Adou alors que seul face aux buts. La rencontre, plus ou moins équilibrée mais brouillonne, se déroule sur un petit rythme… jusqu’à la demi-heure où Sylla ouvre le score d’un joli lob après avoir été bien servi par Durmaz ! 0-1. Les Girondins, piqués au vif, appuient sur le champignon. Ca chauffe dans notre surface, le danger est écarté… jusqu’à l’égalisation de Braithwaite qui a déposé Sylla au stand. 1-1. Gradel répond en y allant tout seul. Son tir passe juste à côté. Les Toulousains n’assurant plus les marquages, la fin de période appartient aux locaux avec Kamano puis Malcom qui inquiètent Lafont. Sans conclure.

Mi-temps. Le nul est heureux au vu des opportunités de notre adversaire. Conserver ce résultat serait déjà positif.

Cela ne sera pas le cas. En effet, Braithwaite double sa mise rapidement (48ème) : 2-1. Toulouse, malgré des changements, piétine. Niveau insuffisant ou résignation, le compte n’y est pas. Notre défense se liquéfie, à l’image du troisième but encaissé (73ème) : 3-1. Seul Gradel sort du lot, tentant, comme à son habitude, des raids solitaires et malheureusement infructueux. Il trouve toutefois la transversale… qui précède le 4ème but bordelais par Malcom (78ème) : 4-1. La messe est dite, même si Diop réduit le score à la 90ème, secouant le poing pour haranguer sa propre fierté. 4-2.

Excepté une entame de match honorable, sous la bienveillance de nos hôtes, la partie devint rapidement à l’avantage des locaux, logiquement vainqueurs. Tel un mur sans ciment, notre équipe se délite au fil de cette fin de saison. Jusqu’à s’écrouler dans quelques jours ?

(photo : Sud Ouest)

Nos derniers articles