Benoît Cosset (L'Équipe) avant TFC - AC Ajaccio: "Un multiplex gratuit, c'est inédit"

Publié le 21 juillet 2021 à 00:15 par JB

Pour la première fois, le multiplex de Ligue 2 sera diffusé en clair pour la saison 2021/2022. Ce sont 8 des 10 matchs des 38 journées de championnat qui seront diffusés chaque samedi sur la chaîne L’Équipe. Par ailleurs, pour les 10 première journées, jusqu’à fin septembre, ces 8 matchs seront proposés gratuitement, en intégralité et en direct à 19h00 sur L’Équipe Live via 8 canaux de diffusions accessibles sur le site de L’Équipe et son application. Première édition ce samedi avec Bertrand Latour et Régis Brouard en plateau, ainsi que David Aiello, envoyé spécial au Stadium, et Benoît Cosset aux commentaires pour ce TFC - Ajaccio. Avant cet événement, le journaliste a répondu aux questions sur LesViolets.Com.

Pouvez-vous nous présenter le dispositif mis en place par L’Équipe ?
Benoit Cosset : “Un multiplex gratuit, ça n’a jamais existé. On innove avec deux possibilités pour satisfaire les supporters. Tout d’abord, sur la plateforme de L’Équipe, il y aura la possibilité de suivre la rencontre gratuitement et en intégralité avec un commentateur dédié. Et sur la chaîne, on met en place un multiplex avec TFC - AC Ajaccio en match conducteur. Dès qu’il se passera quelque chose sur un autre terrain, sans aucune musique, un autre commentateur entrera dans le multiplex pour faire vivre ce qu’il se passe, avec de l’émotion et du rythme.

Allez-vous proposer de l’analyse et des réactions ?
Oui, nous aurons David Aiello qui fera l’avant-match, une ou deux réactions à la mi-temps et l’après-match où nous garderons l’antenne pendant 10 minutes après le coup de sifflet final avec la promesse de montrer tous les buts et d’avoir des réactions. Entre les deux mi-temps, on diffusera un peu de pub, car nous vivons uniquement de ça, nous ne sommes pas une chaîne payante. En plateau, Régis Brouard (150 matchs de Ligue 2 à son actif) sera présent pour livrer ses analyses.

Avez-vous des objectifs d’audience ?
Encore une fois, c’est inédit pour nous et pour la Ligue 2. On a envie d’installer un feuilleton tous les samedis à 19h00. Le foot français manque de diffusions en clair. On attend un engouement et que tout ça puisse grimper tout au long de la saison. J’espère qu’on parviendra à conquérir du monde et que les gens soient attachés à ce championnat. C’est vraiment notre objectif. On y croit très fort, c’est très excitant.

Qu’attendez-vous de ce TFC - AC Ajaccio ?
On s’attend à une première journée, donc on ne sait pas à quoi s’attendre (rires). Une première journée, au cœur de l’été, c’est toujours particulier. Il y a toujours des surprises après la préparation. Pour le coup, si on a misé sur TFC - Ajaccio en match directeur, c’est qu’on sait que Toulouse est un prétendant à la montée et on s’attend à les voir gagner, peut-être même avec la manière. Mais l’ACA reste aussi une belle équipe, donc je ne ferai aucun pronostic. C’est une chance, car Toulouse et Ajaccio ont connu la Ligue 1. On peut se dire qu’on verra samedi un match de qualité avec des identités de jeu. Ce championnat de L2 a aussi la particularité d’avoir des coachs très charismatiques. Et à L’Équipe, ça va nous passionner tout au long de la saison. Paul Le Guen (Le Havre) et Jean-Marc Furlan (Auxerre) ont été consultants chez nous. Ça va vraiment être intéressant et passionnant. L’an dernier, c’était génial !

Pour la première fois, le public fera son retour au Stadium…
Même si ça peut sonner un peu creux, il y a une vraie différence entre le huis-clos et un peu de public. À huis-clos, on a l’impression d’assister à un entraînement filmé et il suffit d’un tout petit peu d’ambiance pour que ça change l’atmosphère. Les joueurs n’ont plus connu ça depuis un moment, donc c’est un vraiment événement. On a hâte de retrouver le public bouillant du TFC. J’ai été à Sud Radio pendant des années, notamment pendant l’épopée des Pitchouns. Je me rappelle qu’il y avait une belle ambiance.

Quand on vous dit TFC, à quoi pensez-vous ?
Le premier nom qui me vient, c’est Beto Marcico. Je pense aussi à Pascal Despeyroux et Alain Giresse. Puis, ce sont les Pitchouns et des atmosphères plutôt chaudes. Je suis très attaché au TFC. Même si c’est une ville de rugby, il y a une vraie culture foot à Toulouse et une vraie culture du jeu. Il existe une attente sur la manière de jouer au Stadium.

Nos derniers articles