Bastia 2-1 TFC : Au boulot !

Publié le 02 septembre 2013 à 19:04 par LesViolets

Ce samedi, le TFC s'est incliné à Bastia, 2-1. Martin Braithwaite a inscrit son premier but sous le maillot Violet, mais ça n'a pas suffi... Analyse de cette rencontre.

Bastia 2-1 TFC
Buts : Keserü (43ème), Romaric (67ème) pour Bastia, Braithwaite (57ème) pour Toulouse.
Carton rouge : Palmieri (37ème) pour Bastia.

Ce n'est peut-être qu'anecdotique à ce moment de la saison, mais le TFC est aujourd'hui dernier de Ligue 1. Après deux prestations encourageantes contre Bordeaux (1-1) et Monaco (0-0), celle à Bastia est à oublier. C'est facile, Toulouse n'a joué que 15 minutes : en début de seconde période. Et c'est durant ce laps de temps que Braithwaite a égalisé, sur un bon travail d'Aurier (1-1, 57ème).

Comme contre les Girondins, le TFC a encaissé un but alors que les adversaires étaient réduits à 10 suite à une expulsion. Le carton rouge de Palmieri a transcendé cette équipe corse et Keserü a pu ouvrir le score d'une frappe à l'entrée de la surface de réparation (1-0, 43ème). C'est Romaric qui a offert la victoire aux siens, sur un coup de tête, seul en pleine surface (2-1, 67ème). Les coups de pied arrêtés ont permis aux locaux de gagner. En face, le dernier corner catastrophique de Regattin est à l'image du niveau de l'équipe dans ce domaine (à l'exception d'un coup franc de Chantôme qui a failli faire mouche en première période).

Le TFC toujours dans la zone rouge dans un mois ?

Sur cette rencontre, Bastia n'a rien fait d'extraordinaire. Le SCB a, en revanche, démontré des valeurs de combativité pour arracher les trois points. Nos Toulousains, eux, n'ont pas assez poussé et se sont fait manger tout cru. Entre les 5 nouvelles recrues toutes alignées dès le coup d'envoi, un 3-5-2 en rodage, un public qui a parfaitement joué son rôle et des adversaires hargneux (parfois trop comme la semelle de Diakité sur Sylla qui valait un second rouge), le TFC n'a eu que ce qu'il méritait : la défaite.

Si l'heure n'est pas encore à l'affolement, il va falloir que Casanova secoue ses joueurs et arrive à trouver une alchimie en 15 jours. La trêve internationale arrive au bon moment pour travailler... avant un mois de septembre de folie avec Marseille, Saint-Etienne, Lorient et le PSG au programme.

Nos derniers articles