Bangré : "Je les aime, nous sommes des frères et on se qualifie ensemble, c'est que du bonheur"

Publié le 09 avril 2021 à 16:35 par JB

En début de semaine, Mamady Bangré n’était pas connu du grand public. Mercredi, alors qu’il n’est pas encore professionnel (le club va lui proposer un contrat, lire ci-dessous), le milieu de terrain de 19 ans a fait la différence pour son premier match avec l’équipe Une du TFC en offrant la qualification sur la pelouse de Saumur (1-2). Interview.

Mamady, quelle est votre réaction à chaud après ce succès ?
Ça fait plaisir, je suis content. On a travaillé pour vivre ce genre de moments, j’espère qu’il y en aura plein d’autres. Le plus important, c’est la qualification. Si je peux apporter ma touche personnelle, tant mieux, mais l’objectif était de continuer l’aventure. Cette compétition permet de donner du temps de jeu à ceux qui n’en ont pas trop et de tenir tout le monde en haleine.

Que s’est-il passé dans votre tête entre votre entrée et ce but ?
Ce n’était qu’un match de football. Quand je suis entré, je voulais me faire plaisir et, surtout, gagner. Je vois Bayo au duel, je suis entré en tant que numéro 10, donc je devais être en retrait. Je lui dis de me la passer, il ne peut pas mieux me la mettre, je fais le geste juste et ça rentre. Ma célébration ? J’ai fait un “C” pour mon grand frère qui s’appelle Cheikh Bangré (formé au TFC, ndlr). Il est fier de moi, c’est l’essentiel.

Un mot sur cette équipe avec autant de jeunes ?
On est tout le temps ensemble au centre. C’est une fierté pour tout le monde. Je suis content de jouer avec mes potes en professionnel, que ce soit Sacha (Semaoun), JP (Célestin), Iliès (Soudani)… Je les aime, on se qualifie ensemble, c’est que du bonheur. Tant mieux, il faut en profiter !

Les Adli et Diakité sont des modèles pour vous…
Pour moi, il n’y a pas de différence entre un Amine (Adli) et un Sacha (Semaoun). Je les aime autant les uns que les autres. Comme on dit souvent, nous sommes tous des frères. Voir Bafo (Diakité), Amine, Moussa (Diarra) jouer en pro, c’est une fierté. Je sais que le jour où je jouerai en pro, ils seront autant contents que moi.

Nos derniers articles