Avant-match : Garande, l'homme à qui tout sourit

Publié le 16 January 2021 à 00:00 par Samuel Cadène

Si le TFC est second du championnat, c'est en grande partie à Patrice Garande qu'il le doit. Entre management malin, gestion intelligente des recrues et mise au placard de ceux qu'il juge non-essentiel, retour sur la gestion pour l'instant réussie du TFC par l'ancien caennais.

Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, une chose est sûre, Patrice Garande s'en moque éperdument. Cette saison, le boss du sportif au Toulouse FC, c'est lui. Si certains, peuvent lui reprocher un certain attentisme dans son coaching, ou remettent en cause sa gestion des cas Koulouris, Mubele ou Koné, l'entraîneur toulousain n'en a que faire, et mène sa barque comme il l'entend. 

Et le moins que l'on puisse dire, pour l'instant, c'est que ça marche. Second du championnat à quelques heures de défier Grenoble sur la pelouse du Stadium, peu d'entre nous auraient vu en lui l'homme providentiel capable de faire remonter le TFC dès la première année. Même s'il reste encore du chemin, force est de constater que "PG" est sur la bonne voie. 

Rappelons que c'est lui qui a convaincu Damien Comolli d'exclure Adil Taoui du groupe professionnel du TFC, alors que le président toulousain semblait vouloir se montrer plus clément que son coach à l'égard du jeune milieu de terrain. C'est lui qui a décidé de mettre Koulouris sur le banc dans un premier temps, puis hors du groupe ensuite au profit de Rhys Healey, illustre inconnu débarqué d'une troisième division anglaise aussi obscure que visiblement remplie de joueurs de talent. 

C'est au coach du TFC que certains en veulent de ne pas faire plus souvent faire jouer Manu Koné. Contre Caen, le futur joueur du Borussia Mönchengladbach aurait pu en effet rentrer en jeu à la place d'un VDB totalement emprunté, mais il n'en fut rien. 

Alors que Brecht Dejaegere semble être LE leader de tout ce groupe, Garande lui, a décidé de nommer Kelvin Amian capitaine lorsque Gabrielsen n'est pas là. Un choix fort qui permet de jouer sur l'aspect psychologique d'Amian et de le faire se sentir pleinement concerné et intégré dans le projet de remontée du club, alors que Kelvin avait moult offres devant lui l'été dernier pour quitter le navire.

Son (maigre) coaching à Caen fut malgré tout le bon

Tout réussi à l'ancien meilleur buteur du championnat de France. Ses coups tactiques, notamment le repositionnement de Dejaegere sur l'aile droite du 3-5-2, fonctionnent. On peut également prendre l'exemple de la rentrée en jeu de Nathan Ngoumou à Caen, alors que Firmin Mubele aurait logiquement dû être privilégié puisqu'il est davantage un joueur d'axe tandis que Ngoumou est davantage un joueur de côté. Dans ce match, alors que Toulouse était mené au score, on aurait apprécié voir entrer un peu plus de monde, notamment Koné. En effet, passé l'heure de jeu, le milieu de terrain n'accompagnait quasiment plus les offensives car totalement à court de forme. Malgré tout, le "gourou à la casquette" à su trouver la bonne formule, et c'est tant mieux !

C'est en ça que j'évoquais lors de mon analyse d'après-match lundi que Garande semble s'offrir un totem d'immunité à chaque rencontre. Dans les faits, même si ces choix sont largement contestables, pour le moment, les résultats plus que satisfaisant du TFC lui donnent raison à 100%. Il n'en demeure pas moins que le jour où la machine s'enrayera (il est impossible que ça ne soit jamais le cas à un moment ou à un autre), on jugera le coach des Violets également à sa capacité à se remettre en question et à savoir rapidement rebondir. 

Ce soir contre le GF38, Garande devra se passer de son buteur Rhys Healey, et trouver une formule adéquate pour faire en sorte de gêner le plus possible les Isérois en phase offensive, étant donné que l'association entre Amine Adli et Janis Antiste laisse pour l'instant la majorité des supporters toulousains sur leur faim.

Nos derniers articles