Avant le TFC, RedBird lorgnait sur le Red Star

Publié le 22 mai 2020 à 10:00 par Emmanuel Davila

Depuis l'annonce de la vente prochaine du TFC, les supporters toulousains découvrent petit à petit qui se cache derrière RedBird Capital Partners, le futur actionnaire majoritaire du club. Gestion de stades, agence de communication pour sportifs, chaîne de télévision sportive régionale : Gerald Cardinale et sa société d'investissement ont déjà mené plusieurs projets dans le monde du sport.

En revanche, l'homme d'affaires n'était encore jamais devenu actionnaire, même minoritaire, d'un club. En terre toulousaine, il vivra également sa première expérience sportive hors des frontières des Etats-Unis. La volonté de RedBird d'investir dans le football français n'est pour autant pas complètement neuve.

Des discussions avec le Red Star en 2019

Au début de l'année 2019, la société américaine se penche sur le cas du Red Star, à l'époque pensionnaire de Ligue 2 et disposé à ouvrir son capital. Mais l'opération n'aboutit pas et le club francilien, relégable tout au long de la saison, finit à une 20ème place synonyme de descente en National. Une situation sportive précaire qui pourrait avoir freiné les ardeurs des Américains. En décembre 2018, Le Parisien indiquait même qu'outre le Red Star, trois autres formations françaises auraient suscité l'intérêt de RedBird, parmi lesquelles le Paris FC, lui aussi en Ligue 2. 

Depuis lors, aucune nouvelle information n'avait filtré quant à un intérêt de la société d'investissement pour un club français, jusqu'au communiqué d'hier. En un an, RedBird semble avoir affiné sa stratégie, puisque Damien Comolli, libre depuis son départ de Fenerbahçe en janvier dernier, est aujourd'hui chargé de représenter le fonds d'investissement en France. D'ici quelques semaines, il devrait donc poursuivre cette mission dans les habits de président du Toulouse Football Club.

Nos derniers articles