Analyse du calendrier : qu'attendre de la phase retour ?

Publié le 07 janvier 2022 à 13:00 par Christophe Canard

À mi-saison, et alors qu’il a passé 14 journées sur 19 sur la plus haute marche du podium, le Toulouse FC n’a pas réussi à être champion d’automne. La faute à une équipe d’Ajaccio plus régulière que les Violets, notamment sur le plan défensif. Petit avantage des Corses sur la phase aller, ils ont reçu 10 fois pour 9 déplacements, alors que c’est l’inverse pour les hommes de Philippe Montanier, avec 10 déplacements pour 9 réceptions. À noter que sur les six équipes de tête, seul Toulouse et le Paris FC ont reçu 9 fois sur 19. Conséquence immédiate : ils recevront une fois de plus que leurs adversaires sur la phase retour, ce qui pourrait être un avantage non-négligeable.

Pour extrapoler sur ce que pourrait être les résultats de la deuxième partie de saison, analysons tout d’abord le calendrier de la première. Commençons par catégoriser les équipes en trois groupes : les candidats à la montée (6 : Ajaccio, Toulouse, Paris, Sochaux, Auxerre et Le Havre), les candidats à la relégation (6 : Valenciennes, Amiens, Grenoble, Bastia, Dunkerque et Nancy), les huit équipes restantes composant ce qu’on appelle communément le ventre mou.

Pour les violets, la moyenne de points acquis selon chaque groupe est la suivante : Montée : 1,80 points/match, Ventre mou : 1,50, Relégation : 2,38. On constate d’emblée que c’est contre les clubs du ventre mou que Toulouse a perdu le plus de points, comme l’attestent les défaites à Niort ou face à Caen, et les nuls face à Rodez et Guingamp ou à QRM. Sur ces 5 matchs (soit un quart des matchs aller, ce qui n’est pas rien), les hommes de Philippe Montanier n’ont marqué que 3 points sur 15 possibles. Heureusement, les victoires à Pau, Nîmes et Dijon permettent de rehausser la moyenne globale à 1,5 points par match. Mais à domicile, Toulouse en inscrit moins d’un face à ces équipes (0,67 pour être précis). Si bien que si on projette ces moyennes de points, à domicile ou à l’extérieur, selon le groupe d’adversaires catégorisé, cela donnerait un total de 33 points marqués sur la phase retour, soit un total de 70 sur l’ensemble de la saison. Cela serait-il suffisant pour accéder à la Ligue 1 ?

Pour cela, établissons les mêmes calculs pour les 5 autres équipes de tête. Pour l’instant, les Corses, qui réussissent très bien face aux équipes de tête (2,20 points pris en moyenne et 3 réceptions contre 2 déplacements pour la phase retour), termineraient avec près de 76 points, terminant ainsi champions. A contrario, le Paris FC marque très peu de points face aux clubs luttant pour la montée (un point par match), mais est très efficace contre toutes les autres équipes du championnat, que ce soit à domicile ou à l’extérieur (2,20 points par match face à ces équipes). Ainsi, en continuant sur ce rythme, et même en restant faible face aux équipes de tête, l’équipe de Thierry Laurey finirait avec un peu plus de 73 points. Sochaux terminerait avec 65 points à peu près. Comme Paris, c’est une équipe qui fonctionne très bien face à toutes les équipes classées à partir de la 7ème place (plus de 2 points par match), mais qui est extrêmement faible face au top 6 (0,8 points par match). Auxerre a fait carton plein face aux « petites » équipes (18/18 face aux 6 derniers), mais peine contre les moyens (1,5 points par match) et encore plus face au top 6 (0,6). À ce rythme, les Bourguignons resteraient coincés autour des 60 points. Enfin, Le Havre a énormément de mal à prendre des points contre les clubs de la zone rouge (1,17 par match seulement), ce qui le cantonnerait à rester sous la barre des 65 points en fin de saison.

Pour résumer, nous obtiendrions le classement suivant :

1 Ajaccio 76 points
2 Paris FC 73 points
3 Toulouse 70 points
4 Sochaux 65 points
5 Le Havre 65 points
6 Auxerre 60 points

Alors que doit faire le Tèf pour grappiller les points qui lui manqueraient ? Clairement, la réponse se trouve face aux clubs du ventre mou, notamment à domicile. Sur la phase retour, les Violets rencontreront au Stadium 5 de ces 8 équipes, pour seulement 3 déplacements, et doivent augmenter drastiquement cette moyenne de 0,67 points par match obtenue sur leur pelouse lors de la phase aller, tout en continuant à bien performer face à leurs concurrents directs et contre la zone rouge. Ça tombe bien, d’ici la mi mars, le Tèf jouera 10 matchs, dont 6 à domicile et un seul face à un Top 6 (Le Havre). D’ici la fin de l’hiver donc, et avant un double affrontement face à Auxerre et Paris fin mars début avril, les hommes de Philippe Montanier se doivent d’engranger le maximum de points, pour s’éviter une fin de saison tendue, avec une 38ème journée sur le terrain d’Ajaccio, qui serait alors explosive à tout point de vue.

Nos derniers articles