Amiens 0-0 TFC : J'y étais pour vous

Publié le 12 mai 2019 à 20:00 par JB

Par JB, avec Arthur Stroebele,

Cette affiche entre Amiens et le TFC ne sentait pas le grand football. Mais quand on aime, on ne compte pas les centaines de kilomètres et on oublie les dizaines de purges pour faire ce déplacement.

La Licorne est un joli petit stade champêtre, à l’extérieur de la ville. Le salon VIP et la boutique du club sont installés sous des tentes géantes. “Bienvenue au stade Crédit Agricole La Licorne” peut-on lire en arrivant, le long des pavillons typiques du Nord, sur un panneau défraîchi. La rédaction du site LesViolets.Com s’est installée dès 18h45 dans la tribune de presse afin de découvrir les compositions, puis de les diffuser en ligne. Leya Iseka, pressenti pour être titulaire, est finalement sur le banc. Bostock remplace bel et bien Sangaré, suspendu.

Outre les radios habituelles, L’Équipe, La Dépêche, nos confrères du 11 Amiénois, nous croisons également deux journalistes nippones qui suivent toutes les performances de Gen Shoji en France. “Avec son arrivée à Toulouse et la présence de Sakai à Marseille, le championnat français commence petit à petit à se développer au Japon” nous explique une d’entre elles, entre deux interventions du speaker au volume extrêmement élevé.

Sur la pelouse, Alexis Blin est heureux de recroiser ses anciens partenaires et les salue tous lors de la reconnaissance du terrain. Puis vient le coup d’envoi. Le TFC ne pourra absolument rien retenir de cette rencontre, à l’exception de “l’état d’esprit” affiché selon Casanova. Le duo Shoji - Jullien nous a fait grosse impression, au contraire de la ligne d’attaque qui faisait peine à voir (0 tir pour Gradel, Dossevi et Sanogo !!!). Au milieu, à l’exception de Durmaz qui a tenté quelques actions de football, les adversaires, Blin et Monconduit, ont pris le pas.

Durant la rencontre, nous avons eu la chance d’être à côté de l’entraîneur des gardiens, Pascual Trabal, venu s’installer au milieu des journalistes, en haut du stade pour avoir une meilleure vue, et équipé d’une oreillette et d’un micro pour communiquer avec l’adjoint d’Alain Casanova, Jonathan Alves. Son agacement sur chaque perte de balle était manifeste. Ce staff a réellement envie de voir son équipe bien jouer au foot, mais ne parvient pas à libérer des joueurs pour certains usés, surcotés et ayant parfois la tête ailleurs.

À la sortie du stade, nous croisons Casanova. Avant de monter dans le bus pour gagner l’aéroport d’Albert Picardie, l’entraîneur violet s’arrête pour nous parler. Voici notre échange : “Alain, qu’est-ce que c’est que cette saison ?” ; “Je sais bien… Ce sera mieux l’an prochain.” “Préparez-vous déjà le mercato ?” ; “Oui, on regarde pour prendre un attaquant, comme Vedat Muriqi qui joue en Turquie, qu’on connaît et qu’on suit en effet. Son agent a parlé dans la presse pour faire monter les enchères. Mais, pour le moment, assurons le maintien. On a une meilleure différence de buts et une victoire contre l’OM nous suffit !

Un grand merci au club d’Amiens pour son accueil toujours impeccable. Bravo également aux joueurs pour ce piètre spectacle, il fallait le faire ! On a hâte que cette saison se termine vite !

Nos derniers articles