Alain Casanova ne doit pas être le seul fautif, d'autres changements SVP !

Publié le 10 octobre 2019 à 18:00 par JB

Ça y est, les supporters du TFC sont libérés, Alain Casanova n’est plus l’entraîneur du TFC, dans des conditions de départ déplorables suite à des menaces de mort. L’homme est pourtant respectable et il n’est pas le seul fautif de cette situation.

En juin 2018, Olivier Sadran avait expliqué pourquoi il avait rappelé Casanova : “Alain, ce n’est pas un choix par défaut. C’est un choix premier. On peut toujours se dire qu’il y a mieux ailleurs. Mais, finalement, il n’y a pas tant d’entraîneurs que ça sur le marché. C’est notre choix de faire confiance à des gens dont on sait que leur implication sera totale. Notre but avec lui n’est pas d’être tranquille. Notre objectif est de ne plus connaître de situation critique et de descendre. La mission d’Alain sera de lancer des jeunes, adossés à des joueurs d’expérience, pour produire du jeu. Il a beaucoup d’idées.

Force est de constater qu’un an et demi après cette interview, le camouflé est total. Sadran, Soucasse et Rachedi ont oeuvré pour le retour Casanova au club et doivent désormais rendre des comptes. Il n’est pas concevable que seuls Casanova et ses adjoints trinquent.
Changer d’entraîneur ne permettra d’avoir des résultats que sur du court terme, surtout si le nouveau coach n’a pas la puissance nécessaire pour prendre des décisions fortes.
Pantxi Sirieix, coordinateur sportif, n’avait aucun pouvoir sur Casanova et les relations entre les deux hommes étaient plutôt fraîches.
La cellule de recrutement impose parfois certains joueurs non désirés par l’entraîneur (Vainqueur, Rogel). Les compétences de Dominique Arribagé dans ce domaine font rigoler jusqu’à l’autre bout de l’Europe.
Jean-François Soucasse, président délégué du TFC, n’a pas les épaules pour mener seul le projet du club et l’ombre d’Olivier Sadran pèse dans tous les bureaux. Le président, qui n'est plus au Stadium au quotidien, injecte de l’argent, mais surtout prend les grandes décisions et de nombreux cadres du club n’osent pas le froisser. Le club est sclérosé et, comme depuis des années, aucun nouveau projet digne de ce nom, et porté par de nouvelles personnes fortes et expérimentées, n’est imaginé.

Nos derniers articles