Accident sur le pont du Stadium, un cycliste tué : le témoignage d'un supporter

Publié le 26 septembre 2019 à 10:53 par JB

La rédaction du site LesViolets.Com souhaite absolument vous donner la parole. Au quotidien, nous vous proposons de publier VOS articles en Une du site : "La Lettre du Violet" est le nom de cette rubrique. Voici une nouvelle lettre, signée Samuel Cadène, témoin de l’accident qui s’est déroulé sur le pont Pierre de Coubertin quelques instants avant le coup d’envoi et qui a coûté la vie à un homme de 60 ans, percuté en vélo par une voiture.

Ce mercredi 25 septembre, en me rendant au Stadium, j’ai assisté à un drame. Alors que la soirée s’annonçait belle avec la réception d’Angers deuxième du championnat, elle a rapidement viré au cauchemar. Sans parler du résultat médiocre de la rencontre où nos joueurs n’auront encore une fois pas été à la hauteur de la quatrième ville de France, avant match, la catastrophe était déjà survenue.

Sur le pont menant à l’antre des violets, du côté du virage Ouest, un cycliste vient de perdre la vie, percuté par une voiture. Il est 18h30 quand le choc survient. Je me trouve à une trentaine de mètres de l’accident, mais je n’ai malheureusement que peu d’espoir au vu de la violence du choc. L’homme d’une soixantaine d’années roulait à sa place sur la bande cyclable avant de se déporter d’un coup sur la chaussée, probablement pour traverser. Venant de derrière lui à une allure de croisière, le SUV Mini marron ne peut l’éviter. Dans sa chute, le conducteur du vélo heurte le pare-chocs de la Mini, et se retrouve allongé sous les quatre roues du véhicule, immobile. Seule sa tête est visible. Mais la mare de sang qui s’en échappe alors n’augure évidemment rien de bon. Très vite, les cris des autres spectateurs de ce drame commencent à se faire entendre et j’aperçois deux jeunes filles en sanglots, choquées. Quant à moi, impuissant devant une scène d’horreur comme celle-ci, j’essayais de garder mon sang-froid et de réconforter mon meilleur ami.

Les policiers et membres de la sécurité sont intervenus assez rapidement pour venir en aide aux victimes, et les sirènes des pompiers n’ont pas traîné non plus. Je n’oublierais jamais le visage de cette femme au volant lorsqu’elle est sortie du véhicule. La blancheur de son visage témoignait du choc émotionnel qu’elle venait de vivre. Et pourtant, comment l’accabler ? Elle ne roulait pas vite, et surtout, comment aurait-elle pu anticiper le changement de direction soudain de ce pauvre homme ?

En sortant du Stadium sur les coups de 21h, je suis repassé par le pont pour me rendre à mon véhicule, constatant que la police était en train d’établir les causes de l’accident. En ouvrant La Dépêche j’ai donc découvert à ma grande tristesse que l’homme n’avait pas survécu, et que la femme avait été admise à l’hôpital en état de choc. Même si je m’y attendais, cela secoue. La vie ne tient qu’à un fil messieurs dames, et cette soirée du 25 septembre restera à vie dans ma mémoire pour me le rappeler.

Vous pouvez nous envoyer votre lettre en utilisant cette page Contact : https://www.lesviolets.com/contact/
Ou par e-mail : alleztfccom@gmail.com

Nos derniers articles