"Vous êtes une équipe spectaculaire, qui a des certitudes, je vous vois bien finir deuxièmes"

Publié le 02 April 2021 à 19:00 par Emmanuel Davila


Avant la réception de l’AS Nancy-Lorraine au Stadium, ce samedi (15h, beIN Sports 3), la rédaction du site LesViolets.Com a interrogé Clément Gondolff, supporter nancéen.

Nancy est revenu très fort ces dernières semaines. Tu imaginais un tel sursaut ?
"Franchement, non, pas du tout. On était très mal à la trêve. On réussit à revenir en 2021 avec une victoire miraculeuse à Valenciennes, 3-2, à dix contre onze. On se dit alors que la saison peut enfin débuter, et finalement on enchaîne avec cinq nuls de suite et des buts concédés dans le temps additionnel. C’était assez insupportable. On réussit à battre Pau et Dunkerque, difficilement, puis on recraque à la maison contre Grenoble, avec deux buts en fin de match. A Nancy, personne n’imaginait à ce moment-là qu’on ferait une telle seconde partie de saison. On est sur une série de quatre victoires de suite et de six victoires en sept matchs. C’est une très belle surprise."

Comment l'expliques-tu ? Le mercato d'hiver semble avoir aidé, avec l'arrivée d’Aurélien Scheidler, prêté par Dijon.
"Il y a plusieurs choses. Le mercato d’hiver a été léger, mais l’apport de Scheidler devant est très important. Au-delà de ses stats (3 buts, 2 passes en 9 matchs, ndlr), il y a son apport dans le jeu. Il sert de point d’appui et c’est vraiment un profil qui nous manquait. Jusque-là, on tâtonnait, on mettait soit Vinni Triboulet, soit Rayan Philippe, lui aussi prêté par Dijon, et ça ne marchait jamais.
Avec cette arrivée, le coach, Jean-Louis Garcia, a aussi trouvé la bonne formule en passant en 3-5-2. Il avait déjà utilisé cette formule par le passé, mais pas de façon pérenne parce qu’on n’avait jamais eu de résultats dans la durée. Devant, il a associé Scheidler et Mickaël Biron, qui est vraiment la bonne surprise. On a également trouvé de la solidité derrière, avec El Kaoutari et Seka, les deux figures expérimentées de l’équipe, ainsi que Coulibaly, qui sera absent à Toulouse. Et au milieu, on a installé deux jeunes du centre de formation, Nguiamba et Haag. Devant eux, Kenny Rocha Santos est une pièce maîtresse avec 6 buts et 6 passes."

Maintenant que le maintien semble acquis, crois-tu que l'équipe puisse aller jusqu'à accrocher le top 5 ?
"On aimerait bien. On n’est plus habitués à jouer la montée depuis notre descente en 2017. Mais honnêtement, je n’y crois pas. Le trop 5 a vraiment pris une avance trop confortable. D’un point de vue purement mathématique, on est plus proches de la 18ème place que de la 5ème. Il faudrait vraiment faire un sans-faute sur les huit journées restantes, ou bien qu’un membre du top 5 s’écroule complètement, ce que je n’imagine pas du tout. Toulouse, Clermont et Troyes paraissent au-dessus, Paris revient très fort et Grenoble est solide. On est 8èmes, je crois qu’il faut qu’on essaye de rester dans le top 10 et, pourquoi pas, de finir devant Sochaux pour affirmer une petite suprématie dans le nord-est."

Cette trêve internationale est arrivée après des victoires contre Troyes puis Clermont. Est-ce qu'il n'y a pas aussi un risque de relâchement ?
"Je ne crois pas trop à un relâchement. L’équipe s’est trouvée et il n’y a pas de raison pour qu’elle faiblisse. Nancy a une quinzaine de joueurs en fin de contrat, qui ont tout intérêt à être performants s’ils veulent trouver un bon contrat cet été. Je compte aussi sur Jean-Louis Garcia pour leur tirer les oreilles s’il sent un quelconque signe de fléchissement. On a remporté une très belle victoire en amical contre Strasbourg la semaine dernière, 2-0. Les retours de Bassi et Merghem, longuement blessés, vont aussi compter. L’effectif est étoffé avec ces retours et va permettre de faire jouer la concurrence."

L'ASNL a récemment changé d'actionnaire et de direction. Quel regard portes-tu sur les premiers pas de Gauthier Ganaye à la présidence ?
"Un regard plutôt positif. Il y avait besoin d’un changement, on était arrivés au bout d’une ère avec Jacques Rousselot, qui a été un immense président. Quant à Gauthier Ganaye, son apport sur le plan sportif peut encore paraître limité puisqu’il a simplement engagé Aurélien Scheidler, mais son arrivée à l’ASNL n’est sans doute pas pour rien dans les résultats. Et au-delà de ça, le discours est très intéressant. Il a annoncé vouloir orienter notre philosophie de jeu vers le gegenpressing. Il a une façon de voir le foot qui fait sens, qui s’inspire de ce qui s’est fait en Allemagne, avec un football spectaculaire. Je pense qu’on est entre de bonnes mains."

Que penses-tu de la saison du TFC ?
"Je porte un regard très positif sur votre saison. J’ai le souvenir de votre défaite inaugurale contre Dunkerque, des moqueries qui s’en sont suivies parce que l’équipe ne gagnait pas. L’équipe a très bien rebondi et j’ai l’impression que c’est le fruit du mercato, avec des arrivées importantes, comme celle de Dejaegere. Les jeunes semblent très performants. Je pense à Antiste, Koné, Adli… Ça donne en plus un football assez spectaculaire. De mon point de vue, c’est sans doute la plus belle équipe de Ligue 2 à voir jouer avec Clermont. Au match aller, vous n’avez pas forcément sorti un grand match mais vous avez mis trois buts. C’est franchement une belle équipe, dont j’ai forcément un peu peur."

Un pronostic pour le match de samedi ? Et pour le classement final des deux clubs ?
"Nancy n’a jamais gagné à Toulouse en match officiel, mais je pense que ça va changer ce weekend et qu’on va venir gagner 3-1 au Stadium. Pour le classement, je pense que l’ASNL va finir 7ème. Je vois bien Toulouse 2ème. Vous êtes une équipe spectaculaire, qui a des certitudes, notamment à la maison. Reste simplement à prendre plus de points à l’extérieur, mais je vous vois finir devant Clermont et Grenoble, voire devant Troyes – en tout cas dans le top 2."

Nos derniers articles