"Toulouse semble aller tout droit vers la Ligue 1"

Publié le 16 octobre 2021 à 11:00 par Emmanuel Davila

Avant la réception d'Auxerre au Stadium ce samedi (15h, beIN Sports 2), la rédaction du site LesViolets.Com a interrogé Yoyo, supporter auxerrois actif sur Twitter.

L’AJA semble mieux armée que la saison dernière pour jouer le podium, notamment grâce à une meilleure assise défensive. Tu partages cette impression ?
"Personnellement, je considère qu’on est mieux armés que l’an dernier avant tout parce qu’on a réussi à remplacer Mickaël Le Bihan par mieux avec Gaëtan Charbonnier, qui est pour moi le meilleur attaquant de Ligue 2 (ça se joue peut-être avec Moussa Koné quand il n’en fait pas qu’à sa tête), et Gaëtan Perrin qui vient mettre de la concurrence sur les ailes. Offensivement, on a recruté un tueur devant et il va bien nous aider. Le Bihan a certes fini dans les meilleurs buteurs de Ligue 2 l’an dernier mais c'est dû avant tout à 3 mois de très haut niveau entre mi-septembre et mi-décembre 2020 (13 buts en 11 matchs), le reste n’est pas si énorme que ça. Défensivement, on a fait une bonne pioche avec Théo Pellenard qui remplace Gautier Lloris, blessé depuis le début de saison, mais on sent quand même que c’est fragile par moments, surtout quand l’adversaire met de la vitesse. Donovan Léon fait également un meilleur début de saison que l’an dernier donc ça aide aussi. Après, le point faible, c’est peut-être la profondeur du banc même si on a quelques jeunes qu’on aimerait voir de temps en temps."

Vous avez beaucoup d'absents pour ce match. À quoi va ressembler l'équipe ?
"Dans la cage, ça sera Donovan Léon. En défense, à droite, probablement Georgen qui sera préféré à Arcus, Jubal-Pellenard dans l’axe et Bernard à gauche. En pointe, Charbonnier. Au milieu, à voir si ça sera un 4-1-4-1 ou un 4-2-3-1. J’imagine plutôt un 4-2-3-1 sans Sakhi, dans l’optique d’avoir une équipe bien équilibré. On aurait donc à la récupération Touré associé à Mohamed (première apparition en L2) puis un trio Hein – Autret – Perrin ou Dugimont. À noter que sur le banc, on aura plusieurs jeunes : Laiton (2002), Ben Fredj (2000), Mohamed (2001), Mercier (2003). Oumar Camara (2001) et Danois (2004) vont faire leur premier groupe professionnel."

Malgré son palmarès en Ligue 2, un petit doute entoure Jean-Marc Furlan parmi les supporters auxerrois. Pourquoi ?
"Le projet porté par James Zhou, notre actionnaire majoritaire et nouveau président depuis mai dernier, est de concilier formation et stabilité en Ligue 1. De toute façon, on ne tiendra pas ad vitam aeternam avec un budget aussi important en Ligue 2. La montée en Ligue 1 pourrait ainsi permettre de valoriser le club pour une éventuelle revente afin que James Zhou ne perde pas trop dans son investissement auxerrois.
Pour la formation, Jean-Marc Furlan a vraiment du mal à lancer des jeunes sauf à y être contraint (comme ce week-end). Yanis Begraoui se retrouve donc libre à Toulouse après un temps de jeu famélique chez nous, Ousoumane Camara, blessé depuis le début de saison, n’a jamais joué la saison dernière, Lassine Sinayoko a été lancé par la force des choses après avoir testé Gaëtan Perrin en pointe… On pourrait parler aussi de Kenji-Van Boto qui finit en prêt à Pau où il montre qu’il a le niveau L2 après 2 ans de banc chez nous sous Furlan, et qui dit clairement que le discours de Furlan ne lui a pas donné envie de rester (à juste titre vu ses temps de jeu passés). On a du mal à voir comment le centre de formation va être rentabilisé vu la confiance mise dans les jeunes et c’est pourtant l’un des objectifs du club.
Pour la stabilité en Ligue 1, cela passe par une remontée et à ce jeu-là, Jean-Marc Furlan est un spécialiste. Malgré tout, pour remonter, il fait appel à beaucoup de joueurs d’expérience de L2 qui n’ont pas spécialement le niveau pour au-dessus. On l’a déjà vu à Troyes, ça fait le yo-yo ensuite. On est donc d’accord que sa méthode pourrait nous faire revoir la Ligue 1 mais on a très peur derrière de redescendre direct (surtout si on monte cette année avec les 4 descentes l’an prochain) et donc d’échouer dans le projet. Il faudra être sacrément efficace niveau mercato si on monte un jour."

Hamza Sakhi, qui espérait rejoindre le TFC cet été et était aussi annoncé en Turquie, est finalement resté chez vous. Comment le sens-tu en ce début de saison ?

"Il est un peu un ton en-dessous de l’an dernier. Ses velléités de départ l’ont sans doute affecté. Malgré tout, cela reste un joueur dangereux de Ligue 2 qui a la qualité technique pour faire de belles choses. Notre 4-1-4-1 fonctionne plutôt bien et il y contribue. Il s’est blessé pendant la trêve internationale et sera absent plusieurs semaines."

C’est la dixième saison consécutive de l’AJA en Ligue 2. Est-ce que les supporters répondent encore présent ?
"On peut le voir sur les différents réseaux sociaux, l’AJ Auxerre a toujours des fans et est toujours un club réputé de Ligue 2. Au niveau des spectateurs au stade, il faut savoir qu’Auxerre est une petite ville de 35 000 habitants, au milieu de la campagne, donc ça n’aide pas pour attirer du monde au stade. On a une communauté qui est pas mal éparpillée un peu partout en France. Malgré tout, on dépasse les 7 000 spectateurs depuis septembre. Le début de saison aide aussi. Ça reste plus faible que des clubs de la région comme Dijon ou Sochaux mais vu la situation géographique d’Auxerre, c’est déjà bien. Les parcages sont souvent pas trop mal remplis également donc ça montre qu’il y a de l’engouement derrière le club."

Un pronostic pour le match de ce samedi ? Et pour le classement final des deux clubs ?
"
Même s’il manque Rouault, Dejaegere et Spierings côté toulousain, un match nul au Stadium serait sans doute un bon résultat pour l’AJ Auxerre. J’utilise quand même le conditionnel parce que si on se retrouve avec 2 buts d’avance comme l’an dernier ou comme il y a 2 semaines contre Nîmes, on n’aura pas le droit d’abandonner des points… J’espère donc un 1-1, ça serait pas mal. Pour le classement final, dans l’idéal, on fait 1er et 2e ensemble. Toulouse semble aller tout droit vers la Ligue 1. De notre côté, on a des concurrents coriaces dont on va devoir se débarrasser donc rien n'est gagné."

Nos derniers articles