#SauvonsLeTFC : L'interview de l'ADIST (Association de Défense des Supporters Toulousains)

Publié le 14 novembre 2019 à 14:00 par Rédac

Depuis plus de 24 heures, l’opération #SauvonsLeTFC rencontre un succès sur les réseaux sociaux toulousains. Certains médias ont relayé le hashtag et les revendications des supporters, qui ont été nombreux à s’exprimer et à avoir envoyé leur lettre au club.

Un des membres de l’ADIST, l’Association de Défense des Supporters Toulousains, à l’origine du mouvement avec le site LesViolets.Com et l’émission #FDMToulouse, s’exprime pour donner plus de détails et expliquer les objectifs de ce hashtag #SauvonsLeTFC.

Sauvons Le TFC
A lire aussi

Sauvons Le TFC

Comment est née l'idée de l'action ?
ADIST : “L’action résume, je crois, l'état d'esprit général des supporters du TFC : on est tous dépités et on ne sait plus quoi faire pour que les choses changent vraiment dans ce club. On enchaîne les prestations sportives ridicules, et toute la gestion extra-sportive de la situation est catastrophique. Le départ (prévisible) d'Alain Casanova, les fausses excuses trouvées pour le dédouaner, la conférence de presse de présentation absolument lunaire de Kombouare, sa sortie pleine de mépris sur les anciens,... et pas un mot de Sadran ou Soucasse pour donner des explications au grand public, parce qu'ils estiment n'avoir de comptes à rendre à personne ! C'est grave, très grave.
Le club s'enfonce toujours plus vers la Ligue 2, ou en tout cas vers la médiocrité, tout le monde le sait, mais personne ne croit pouvoir l'empêcher. Alors, on s'est dit que, peut-être, puisqu'on ressentait tous la même chose, il fallait trouver un moyen de l'exprimer, tous ensemble. Du coup, on a décidé de proposer aux supporters d'écrire à cette direction, qui semble totalement déconnectée de la réalité, pour les alerter sur l'état d'esprit qui est le nôtre.

Concrètement, quel est le but de cette action ?
Le but de l'action n'est pas d'appeler à boycotter le Stadium ou de ne plus suivre le TFC, au contraire. Il faut attirer l'attention du grand public sur la situation de ce club qui est en train de mourir dans l'indifférence totale. Il n'y a plus de passion, plus d'engouement autour de ce club.
L'idée est là : recréer un engouement et une ferveur auprès des supporters, les fédérer autour d'une cause. Ce club peut et doit faire mieux, les choses peuvent et doivent changer. Le truc qui est incroyable, c'est de se dire que des dizaines de milliers de personnes pensent la même chose, mais qu'ils se pensent impuissants face à une poignée de gens ! Il faut que tout le monde prenne conscience que personne n'est seul et que chacun peut jouer un rôle dans la reconstruction du club.
Et dans le même temps, il faut absolument que cette frustration que nous avons tous face à la situation du club, cette colère froide ressentie par tous les supporters, puisse s'exprimer, comme une forme de soupape de sécurité, avant que la situation ne finisse par réellement dégénérer.

Qu'avez-vous à dire à ceux qui pensent que cette action ne sert à rien ?
Dans l'absolu, ils ont raison : il est très probable que le club ne rembourse pas les abonnements, que Soucasse, Rachedi et Arribagé ne démissionnent pas, que Sadran ne vende pas le club,...
Mais qu'ils se rassurent : ce n'est pas le but de la manœuvre. Comme je le disais, nous sommes plusieurs dizaines de milliers à vouloir que les choses changent profondément et durablement, sauf que personne ne trouve le moyen de faire bouger les lignes. Cette action se veut la première pierre d'un mouvement de plus grosse ampleur. Pour l'instant, on « mobilise les troupes », on cherche à voir qui veut s'investir et de quelle façon pour proposer une alternative à la direction du club. On espère que les groupes de supporters prendront le relais et que chacun dans son mode d'action tirera dans le même sens. C'est l'unité qui doit primer, pas la division. Or, aujourd'hui, l'union sacrée encore et toujours réclamée par les dirigeants semble en train de se faire et de se retourner contre eux...
On voit que les anciens du club commencent à sortir du silence et à critiquer eux aussi le manque d'ambition de la direction. On veut faire de l'état d'esprit du moment une force, ne pas laisser la résignation l'emporter. On sait que nous sommes nombreux à partager ces sentiments et ce ressenti, alors on veut que chacun puisse l'exprimer directement et se rendre compte qu'il n'est pas seul dans cet état d’esprit.

Que pensez-vous justement des sorties de ces anciens ?
On sent qu'il se passe quelque chose autour du TFC, que le mépris de la direction pour les supporters va trop loin. C'est bien que des anciens comme Marcico, Baup ou Fauré prennent la parole, mais on sait que de nombreuses autres personnalités passées par ce club font les mêmes constats qu'eux. Il est temps qu'ils sortent du bois et qu'ils prennent la parole, leur voix a de l'importance !

Quelle peut être la prochaine étape de ce mouvement ?
D'abord, j'insiste bien sur ce point, il faut continuer malgré tout à se rendre au Stadium pour ceux qui le peuvent. Il faut se le réapproprier, montrer à ces dirigeants cyniques que le club, ce ne sont pas eux, c'est nous, les supporters.
Ensuite, il va falloir se structurer. L'ADIST a été créée en partie dans ce but et chacun peut, je dirais même doit, y adhérer, afin de permettre de monter une structure qui serve de contre-pouvoir face à la direction du club. Chacun à son niveau peut s'y impliquer et soumettre ses idées ou sa vision des choses. L'ADIST n'est pas une association réservée aux ultras – même si les fondateurs de l'asso sont issus de la mouvance – mais est bel et bien ouverte à tous les supporters du TFC qui veulent faire bouger les lignes !
Enfin, à partir du moment où les choses se structureront un peu plus, il faudra décider des suites à donner à cette action : manifestation devant le siège du club ? Création d'un projet sur le modèle des socios en Espagne ? Actionnariat populaire dans le but d'un rachat du club ? Honnêtement, aucune porte n'est fermée à l'heure actuelle même s'il est beaucoup trop tôt pour dire ce qui va se passer. J'ai envie de dire que c'est un peu à chacun de venir écrire l’histoire…"

>>> L’ADIST est à votre écoute sur sa page Facebook ici : https://www.facebook.com/ADISToulouse/

Nos derniers articles