"À Lens, John Bostock a laissé tout le monde sur sa faim"

Publié le 06 juillet 2018 à 09:00 par JB

Le milieu de terrain trinidadien John Bostock s'est engagé avec le TFC pour les trois prochaines saisons. Il retrouvera son ancien entraîneur Alain Casanova, et découvrira le championnat de Ligue 1 deux ans après avoir été élu meilleur joueur de Ligue 2 avec Lens.

La rédaction du site LesViolets.Com a rencontré Christophe Schaad, journaliste pour le site Lensois.com. Après avoir discuté d’Alain Casanova, place aujourd’hui à John Bostock.

Pouvez-nous présenter John Bostock ?
C’est un milieu relayeur, à la fois imposant physiquement et capable de se montrer adroit techniquement. À son arrivée au RC Lens, nous avons eu l’occasion d’échanger avec un confrère belge lors d’un match amical contre Waasland-Beveren. Il avait fait la moue : « C’est un bon joueur pour la Ligue 2, peut-être un peu lent ». Au regard de ses statistiques personnelles même si son équipe de l’OH Louvain venait de descendre, sans oublier cette vidéo assez spectaculaire qui tourne sur la toile, on s’attendait à un concert de louanges. Au final, on a eu un peu de tout ça, car il a soufflé le chaud et le froid. Il peut être aussi bien buteur que passeur, travailleur à la récupération, mais il a donné l’impression aussi de bénéficier d’un effet de surprise dans un premier temps, puis de ne pas parvenir à s’adapter à de nouveaux problèmes. En revanche, humainement, il n’y a pas grand-chose à en dire. Il était très apprécié dans le vestiaire et loué pour son grand professionnalisme par ses coéquipiers ainsi que l’encadrement.

Quels souvenirs les supporters du RC Lens gardent-ils de Bostock ?
Il a laissé tout le monde sur sa faim au RC Lens. Il a été décisif pendant la première partie de saison. Buteur, passeur, influent dans le jeu. Le tableau idéal. Puis il y a eu la trêve. Les équipes adverses ont appris à le connaitre et lui n’a jamais vraiment su s’en défaire, comme dit précédemment. Il a traversé la phase retour sans être décisif, même s’il ne faut pas non plus totalement noircir le tableau, car, dans le jeu, il restait présent, mais on pouvait en attendre bien mieux après la première partie de saison. Au fil des semaines, il paraissait un peu moins indispensable sur le terrain, d’où la référence à lui quand j’évoquais peut-être un peu d’immobilisme sur certains choix d’Alain Casanova. Il a finalement été élu tout de même meilleur joueur de Ligue 2 par ses pairs. Ce n’est pas pour rien et cela démontre qu’il ne faut pas résumer sa 2ème partie de saison plus terne à un compteur de buts et de passes à l’arrêt; Cependant, à titre personnel, rien qu’à Lens, Benjamin Bourigeaud, qui bénéficiait de moins de visibilité médiatique que lui dans l’entrejeu, m’a semblé bien meilleur sur l’ensemble de la saison.

Peut-il réussir en Ligue 1 au TFC ?
C’est une énigme. Sur les 5 ou 6 premiers mois à Lens, on avait vraiment l’impression de voir évoluer un très bon joueur de Ligue 1 en Ligue 2, puis cela s’est fortement atténué. On a essayé de le suivre un peu à Bursaspor en première division turque, mais il est difficile de juger 6 mois dans un championnat si différent de la Ligue 2, dans un nouveau pays, avec une arrivée en cours de saison… Peut-être fait-il partie de ces joueurs qui arriveraient mieux à s’exprimer en Ligue 1 qu’en Ligue 2 ? Cela s’est déjà vu et ça pourrait coller à son profil. C’est en tout cas clairement un joueur à potentiel malgré les réserves que l’on peut émettre sur certains points après son passage à Lens.

Nos derniers articles