"Le TFC, une image très positive et une équipe agréable à regarder"

Publié le 06 novembre 2021 à 10:00 par Emmanuel Davila

Avant le déplacement du TFC à Quevilly ce samedi (19h, Prime Video), la rédaction du site LesViolets.Com a interrogé Victorien Lenud, journaliste à Paris-Normandie qui suit le club de QRM.

Peux-tu nous raconter l'histoire de QRM, qui est un club très récent ?
"Il faudrait des heures pour expliquer la génèse, c'est un projet très compliqué. Le club est né en 2015, d'un rapprochement entre l'US Quevilly et le FC Rouen, qui est un club mythique. C'est un rapprochement et non une fusion, ce qui a permis aux deux associations de continuer à exister. Quevilly-Rouen Métropole est né de la volonté politique de la métropole de faire réémerger un club professionnel, pour faire rayonner son identité. Le club a démarré en CFA et a rapidement enchaîné les montées et a atteint la Ligue 2, avant de redescendre immédiatement et de connaître deux saison compliquées en National. Ils ont été plus ou moins sauvés de la relégation en National 2 par le Covid, en 2020. Puis Bruno Irles est arrivé et le projet est reparti. Aujourd'hui, la volonté est de pérenniser le club en L2. Mais le club est contesté par les supporters historiques de Rouen, qui n'accepteront jamais vraiment ce truc-là. Le fait qu'il y ait du rouge sur la tenue de QRM, alors que c'était la couleur du FC Rouen, n'a pas été accepté, par exemple. Mais sportivement, ça fonctionne."

Est-ce que la montée en Ligue 2 a malgré tout permis de faire naître une ferveur autour du club ? Est-ce qu'un noyau de fidèles s’est construit ?
"En National, c’était très compliqué. Il y a beaucoup plus de monde en Ligue 2. Les affluences sont correctes, ça tourne autour de 3 500 et pour Toulouse, ce sera plutôt 5 000. Mais c’est la Ligue 2 qui attire du monde, ce sont des spectateurs plus que des supporters, des gens curieux qui viennent voir de belles équipes. Mais il y a tout de même une petite ferveur, deux petits kops se sont formés, l'équipe marche pas trop mal, et les gens s’identifient de plus en plus."

Vous avez un entraîneur relativement connu avec Bruno Irles, qui est plutôt réputé pour proposer du jeu. À quoi ressemble son équipe ?
"Irles dit que le beau jeu, ça veut tout et rien dire. Ce n'est pas un adepte du jeu de possession, il pense que jouer en transition, ça peut être beau aussi. Il travaille donc beaucoup les transitions offensives et défensives, il aime laisser le ballon. Son équipe est capable de punir sur des contres, cherche la verticalité. C'est aussi une équipe qui met de l'impact dans les duels, qui est généreuse, court beaucoup. C'est un un collectif sans trop d’individualités, qui repose beaucoup sur l'intensité et l'efficacité."

QRM est parti assez fort et semble plus à l’aise à l'extérieur et contre les gros. Comment l'expliques-tu ?
"Oui, l'équipe est bien plus à l’aise à l’extérieur. Irles n'a pas trop d’explication à ça. Peut-être que l'équipe a parfois joué contre-nature à Diochon (le stade de QRM, ndlr) en faisant des trucs qu’elle maîtrisait moins. Moi, j'ai impression que c'est une équipe qui aime les gros défis. Elle a su gagner à Ajaccio, qui n'avait plus perdu chez lui depuis des mois, faire des résultats contre Auxerre et Sochaux… Je crois qu'elle est inconsciemment moins généreuse lors des matchs un peu plus faciles. Ce qui veut dire qu'elle est capable de répondre présente contre Toulouse."

Kalidou Sidibé a été élu meilleur joueur du club en octobre et avait fini deuxième le mois précédent. Il fait un gros de début de saison, non ?
"Il a eu un peu de mal à se mettre dedans au début. Depuis, c'est une des satisfactions de la saison. Il a dépanné en défense centrale pour compenser la blessure du capitaine, Padovani. Il a aussi commis une grosse bourde contre Valenciennes et il aurait pu douter, mais il a enchaîné et même marqué contre Guingamp. C'est plutôt une bonne recrue pour QRM."

Comment vois-tu le TFC cette saison ?
"Je n'ai pas pu voir de matchs entiers du TFC, mais ça semble être un jeu flamboyant, léché, avec de la complémentarité entre des joueurs d’horizons différents. C'est hyper intéressant de voir que ça a pris rapidement, et que c’est possible de mélanger des joueurs qui ne se connaissaient pas. J'ai une image très positive du club et c'est une équipe agréable à regarder."

Un pronostic pour le match de ce samedi ? Et pour le classement final des deux clubs ?
"Puisque QRM aime les défis, je vais prédire une surprise. Disons match nul, 1-1. Pour le classement final, le TFC devrait finir sur le podium, et je les vois bien rester leaders. Pour QRM, je dirais 14ème."

Nos derniers articles