"Le TFC me paraît trop grand pour cette Ligue 2"

Publié le 13 September 2020 à 14:00 par Emmanuel Davila

Avant la réception de Sochaux au Stadium lundi (20h45, BeIN Sports 1), la rédaction du site LesViolets.Com a interrogé Thimothé Baroudel, contributeur pour le site de supporters sochaliens La Bande à Bonal.

C’est déjà la septième saison de Sochaux en Ligue 2 et le club n’a jamais dépassé la dixième place. Êtes-vous devenus un club de Ligue 2 ?
"Et pourtant, malgré ces sept saisons en Ligue 2, on reste l'un des clubs qui a joué le plus de saisons en Ligue 1, le club qui est à l'origine de la création du championnat, le premier club professionnel de France et on garde un centre de formation classé parmi les meilleurs de France, donc non, on n’est pas "un club de Ligue 2".
Ces six saisons passées n'effacent pas notre histoire et le fait que l'on a commencé la décennie avec une qualification en coupe d'Europe. Et ce, malgré le fait qu'on soit passé tout proche de la mort du club.
Mais deux choses sont intéressantes avec ce bilan selon moi : 1. La Ligue 2 est difficile et très dense. Une mauvaise passe et on peut se retrouver de prétendants à la montée à la deuxième partie de tableau. Le cinquième peut même monter après la fin du championnat. Sur nos six dernières saisons, on a par deux fois cru être dans le bon wagon (la première et la dernière) et les deux fois, une mauvaise passe nous a fait sortir du rêve. 2. Les clubs qui montent sont bien gérés ou au moins cohérents dans leur projet. Reims, Nîmes, Brest, Lorient, Metz, Lens sont des clubs qui se sont bien structuré et qui jouaient la montée en ayant une meilleure gestion que des clubs comme Auxerre ou nous. A la fin de la saison, quand on doit faire le bilan, la différence se fait là-dessus. Après cinq ans de gestion absolument catastrophique, on commence seulement à revoir un peu de cohérence. L'espoir renaît pour la première fois et pour nous, ces cinq dernières années ne suppriment pas les 85 précédentes, sinon on ne serait plus là."

Vous êtes récemment passés d’un actionnaire chinois à un autre. Quelle impression te laissent les nouveaux propriétaires ?
"L'ancien propriétaire ayant été un énorme escroc, les nouveaux sont arrivés à la tête du club suite à une saisie car il n'avait pas remboursé un emprunt qu'il leur devait et avait mis en gage le club. On les a accueillis avec une méfiance légitime, à eux de faire leurs preuves. C'est encore trop tôt pour le dire mais force est de constater que ce qui est mis en place pour le moment correspond au discours : un projet pour monter sur trois ans maximum, un redressement des comptes (on était sous mesure de la DNCG depuis trois ans et ce n'est plus le cas), une mise en valeur des gros potentiels du centre de formation et un coup de neuf sur nos installations : nouvelle pelouse, nouveau terrain au centre de formation..."

Vous avez lancé votre saison en vous imposant à Auxerre puis contre Troyes, c’est-à-dire deux prétendants à la montée. Tu penses que ça peut être votre saison ?
"On avait très bien commencé l'an dernier avant d'enchaîner quasiment 10 défaites une fois qu'on était sur le podium. On était redescendu à la quatorzième place finale. Donc je vais attendre un peu pour me prononcer. Mais on paraît plus forts que l'an dernier, avec un meilleur effectif, et plus d'armes à notre disposition, donc on ne sera peut-être pas trop loin des 5 premiers en fin de saison."

Omar Daf est installé sur le banc sochalien depuis près de deux ans. Quel entraîneur est-il ?
"C'est un entraîneur qui a d'abord su nous faire bien défendre. Ces deux dernières saisons, on n’avait pas l'effectif pour faire autre chose niveau jeu et sur nos deux premiers matchs, on a retrouvé ces éléments-là, mais aussi des séquences offensives que l'on n’avait pas vues depuis deux ans, notamment avec Yann Kitala, qui s'est malheureusement fait le tibia-péroné. Omar Daf représente aussi l'âme du club, chez qui il a fait quasi toute sa carrière. Et c’est une légende au Sénégal, où il a été quart de finaliste en coupe du Monde avec la sélection. Son aura est positive pour les jeunes du centre et il arrive à nous amener de bons joueurs du Sénégal qui constituent quasi toute notre base défensive."

D’un point de vue extérieur, comment juges-tu le TFC ? Y a-t-il des joueurs de l’effectif que tu connais ?
"Pour moi, le TFC est descendu après plusieurs années galères mais me paraît trop grand pour cette Ligue 2 et je vous vois remonter d'ici 2-3 ans, même si les exemples de Lens, Auxerre ou Sochaux montrent que ça peut prendre du temps. En ce moment, vous semblez avoir une confiance proche du néant, mais je ne doute pas que votre saison finira par se lancer. De l'effectif, je connais Ibrahim Sangaré, qui était ma pépite sur MPG quand il jouait à l'endroit, Koulouris, Goicoechea pour ses boulettes relevées dans J+1, Dupé pour l'avoir vu quelquefois à Nantes, et Bayo et Van Den Boomen dont on m'a dit beaucoup de bien ces derniers temps."

Un pronostic pour le match de lundi ? Et pour le classement final des deux équipes ?
"Je pense que Sochaux va gagner 2-0. On va surfer sur notre confiance et sur votre manque de celle-ci. Ouverture du score sur coup de pied arrêté et but d'un de nos ailiers en contre en fin de match. Pour le classement, je vais dire deuxième pour nous, car je suis toujours optimiste, et 7-8ème pour vous."

Nos derniers articles