"Junior Flemmings est un ailier rapide, dribbleur de grande classe, qui a le sens du but", notre interview pour découvrir la nouvelle recrue du TFC

Publié le 06 janvier 2022 à 13:35 par Emmanuel Davila

Alors que le TFC vient d'officialiser la signature de Junior Flemmings, la rédaction du site LesViolets.Com a interrogé Arnaud Salas, journaliste spécialiste du football nord-américain, et Kaylor Hodges, connaisseur de l'USL Championship et créateur de contenus pour Birmingham Legion FC, l'ancien club du Jamaïcain.

Quel est le profil de Junior Flemmings, et quel est son meilleur poste ?
Arnaud Salas : "C’est un ailier gauche percutant, rapide et puissant qui a aussi une certaine technique. Il peut aussi jouer à l’aile droite et avant-centre pour dépanner."
Kaylor Hodges : "Junior est un ailier rapide, dribbleur de grande classe, qui a le sens du but. Il s'est rapidement fait une réputation depuis qu'il a rejoint les 3 Sparks (surnom de Birmingham Legion, ndlr). Il a parfois joué dans l'axe, mais il n'y réussira pas autant. Il est connu pour ses courses en diagonale vers la surface et pour prendre sa chance dans cette position. Difficile de faire ça quand on joue dans l'axe."

À quels schémas tactiques est-il habitué, et lequel vous semble le plus adapté à son jeu ?
Kaylor Hodges : "L'équipe du Legion alternait entre un 4-2-3-1 et un 3-4-3, et exploitait énormément les ailes. Junior était meilleur dans un vrai rôle d'ailier, avec davantage d'espace pour dribbler. Un système avec moins de monde dans sa zone offensive serait le mieux pour lui."

Pouvez-vous nous en dire plus sur l'USL Championship, championnat dans lequel il a évolué presque toute sa carrière ? Quels autres joueurs y sont passés ?
Arnaud Salas : "L’USL était jusqu’à présent l’antichambre de la MLS, la ligue considérée comme la deuxième division dans laquelle la plupart des équipes réserves des clubs MLS jouent. Il n’avait pas le niveau pour intégrer New York Red Bulls et la MLS, donc il est resté en USL où il a fait ses stats, avec une dizaine de buts par saison et quelques passes. Il a d’ailleurs remporté le titre en 2016 avec RBNY 2 (la réserve de Red Bulls New York) avec quelques joueurs qui eux sont montés en MLS, comme les Français Florian Valot et Vincent Bezecourt par exemple."
Kaylor Hodges : "L'USL a accueilli des joueurs comme la star du Bayern Münich, Alphonso Davies, la récente recrue de la Real Sociedad Jonathan Gómez (contre qui Junior a joué quatre fois cette année), et même Didier Drogba à la fin de sa carrière."

À 26 ans, la transition vers la Ligue 2 voire la Ligue 1 dans six mois risque d'être rude, non ?
Arnaud Salas : "Il aura besoin d’un temps d’adaptation, lui qui n’a connu que les USA, c’est certain. Mais le fait de jouer en Ligue 2 dans un club qui tourne bien et qui est compétitif va grandement l’aider à s’adapter au football européen et français avant la Ligue 1. Ça aurait été plus difficile s'il avait été directement en Ligue 1. Mais ses caractéristiques peuvent être intéressantes en France. Aura-t-il définitivement le niveau ? On verra bien."
Kaylor Hodges : "Flemmings est un joueur très adaptable, qui a su se développer dans des ligues comme la MSL, l'USL, et même en équipe nationale jamaïcaine dans un style très différent. Ça pourrait lui prendre du temps de s'intégrer à l'équipe, mais sa vitesse et sa puissance font que le changement de ligue ne posera pas problème."

En 2020, il a fait parler de lui pour des insultes homophobes proférées à un adversaire. Pouvez-vous nous raconter cet épisode et  nous en dire plus sur la personne qu'il est ?
Kaylor Hodges : "Il a appelé Collin Martin, un footballeur ouvertement gay, "batty boy", qui est une insulte homophobe très violente en Jamaïque. On ne sait pas si c'était dans le feu de l'action ou une vraie insulte haineuse, mais c'est arrivé. Depuis, le joueur l'a pardonné et est passé à autre chose. Quant à Junior lui-même, de ce que des sources du vestiaire de Legion ont pu me dire, cet événement l'a fait grandir et il est actif au sein d'organisations LGBTQ+, ici à Birmingham.
Junior a son caractère, il est très compétiteur, ce qui ne correspond pas tout à fait aux amateurs de football en Amérique du Nord, mais conviendrait à la perfection aux supporters européens, et français en particulier."

Nos derniers articles