"Je ne vois pas comment on peut se relever, je vois une victoire toulousaine"

Publié le 01 December 2020 à 14:20 par Emmanuel Davila

Avant le déplacement du TFC à Nancy ce soir (19h, Telefoot Stadium 2), la rédaction du site LesViolets.Com a interrogé l'équipe du site de supporters Fans of Nancy.

Depuis sa descente en 2017, Nancy n’arrive pas à jouer la montée, et a même frôlé la catastrophe l’an dernier. Qu’est-ce qui cloche ?
"La saison passée était la saison la moins galère depuis 2017. On était dans le top 10 jusqu’à la trêve et puis plus rien après. C’est surtout la terrible blessure de Vagner qui nous a fait du mal. Nous n’avons connu qu’une seule défaite jusqu’en janvier (c’était contre Sochaux, en août). Et puis après, ça a été la catastrophe, on n’a obtenu qu’ une seule victoire entre le premier match de la reprise en janvier et l’arrêt du championnat en mars. Notre saison galère, c’est surtout celle d’avant. 0 point au bout de 7 journées, 0 but en 7 matchs. Et puis Alain Perrin est arrivé en décembre, Vagner, Ngom, Poha, Marveaux sont arrivés au mercato hivernal, ce qui a complètement changé le groupe et l’équipe et on a obtenu le maintien contre Metz dans le derby à la maison à la 37ème journée. L’histoire est belle !"

Le club semble être en proie à des difficultés financières. Ça te semble inquiétant ?
"On a la DNCG sur le dos. On est descendu administrativement avant le début de la saison dernière avant d’être finalement maintenu en appel... C’est assez compliqué de démarrer une saison quand tu sais que tu ne dois rien dépenser, ne faire aucune folie. Effectivement, c’est inquiétant. L’argent c’est le nerf de la guerre. Plus tu as d’argent, plus tu seras un candidat sérieux au podium et surtout à la pérennisation du club. Il ne faut pas oublier qu’un club de foot, c’est d’abord une entreprise, et pour tourner convenablement il faut de l’oseille. Maintenant, ça fait quelques années qu’on doit être vendus et que la vente capote au moment de la finalisation, sans qu’on sache pourquoi... On fait le dos rond en attendant que ça arrive mais sportivement, c’est de plus en plus catastrophique et ça serait bien d’être racheté avant que ça le soit encore plus."

L’ASNL est aujourd’hui 17ème. Que vise le club cette saison ?
"Le club vise le maintien, on ne va pas se mentir. C’est triste de dire qu’un club comme Nancy vise le maintien en Ligue 2 alors que c’est un club historique en France. Mais la réalité d’avant n’est plus vraiment celle de maintenant. Nancy est devenu un club de Ligue 2 à tous les étages. On a un effectif de qualité, on peut viser les play-offs mais encore une fois, le football ça ne se joue pas que là…"

Jean-Louis Garcia vit sa deuxième saison sur le banc nancéien. Quel bilan fais-tu de son travail, pour l’instant ?
"Au départ, nous étions satisfaits, il avait redonné une âme à cette équipe, une solidité défensive, on marquait souvent et surtout on était costauds et difficiles à bouger. Et puis la blessure de Vagner a tout changé et on a vu finalement que c’était l’arbre qui cachait la forêt. Garcia a semblé impuissant, en manque de solutions, et surtout très frileux. On gagnait moins et sur les matchs qu’on pouvait gagnait, on faisait des nuls par manque d’ambition et peut-être de couilles. Et cette saison, c’est vraiment mauvais. A chaque défaite, c’est un nouveau sketch de Garcia en conférence de presse. "On s’améliore", "on ne mérite pas de perdre", "les joueurs ont tout donné", ce sont les trois phrases les plus sorties en conférence par le coach et c’est lassant parce que sur le terrain, il n’y a rien de ce qu’il dit. Aucune amélioration, aucun fond de jeu, aucune envie, on mérite les trois quarts de nos défaites. À Clermont, samedi, on a fait notre première frappe à la 65ème minute. Garcia ne parle pas de ça et préfère dire qu’on avait les mêmes statistiques que Clermont dans l’impact physique... C’est désolant, à force."

Comment vois-tu le TFC cette saison ?
"Comme une équipe favorite à la montée, tout simplement. Votre objectif est clairement de monter. Votre dernière saison de Ligue 1 vous a amené quelques critiques et quasiment toute la France s’est foutue de vous. Et je pense que vous avez à cœur de répondre à ça et de remonter vite. Maintenant, pas mal de vos supporters disaient que vous survoleriez la L2 et au final... Je pense que vous n’imaginiez pas la Ligue 2 si homogène et si physique que ça. Vous restez sur une bonne dynamique, vous avez fait le dos rond après votre début de saison très compliqué. Vous vous êtes bien repositionnés pour la lutte à la montée. Vous êtes clairement favoris contre nous, ça c’est sûr."

Un pronostic pour le match de ce mardi ? Et pour le classement final des deux clubs ?
"Une victoire toulousaine, ça ne changerait pas de d’habitude pour nous. Je ne vois pas comment on peut se relever après notre match honteux à Clermont, même si on joue mieux contre les équipes du haut du tableau et surtout les équipes qui proposent ne serait-ce qu’un minimum de jeu. Pour le classement, je vois bien Toulouse jouer les cinq premières places et pour nous, ça sera le ventre mou au mieux."

Nos derniers articles