"Blaquart ? Un gars intègre, droit dans ses bottes, avec un gros caractère"

Publié le 01 juin 2020 à 10:35 par Samuel Cadène

Corentin Migoule est supporter du Nîmes Olympique depuis 15 ans. Abonné depuis plus de six saisons aux Costières, il a vu Bernard Blaquart poser sa patte sur les Crocos. Alors que le manager nîmois de 62 ans est cité comme une possible recrue pour le futur organigramme du TFC, le site LesViolets.Com vous propose d’en savoir un peu plus sur lui. Interview.

Depuis 2015, Bernard Blaquart est l’entraîneur du Nîmes Olympique, quel bilan retenez-vous de ces cinq années sur le banc ?
Il a pris le club au plus bas lorsqu'il était menacé par une descente en National en partant avec -8 points de pénalité. Il a mis sa patte rapidement en adoptant un jeu offensif avec des redoublements de passes. Il nous fait monter en Ligue 1, 25 ans après notre dernière saison dans l'élite, et on finit 9e l'année dernière avec le dernier budget de Ligue 1. De ce fait, le bilan est forcément positif.

Les supporters Nîmois l’apprécient-ils ?
On peut dire que oui. Il est apprécié par 90 % du public. D’ailleurs, il a souvent loué les mérites de nos supporters en disant que l'on avait obtenu beaucoup de résultats grâce à la ferveur de nos tribunes. Lors de la dernière journée de championnat la saison dernière, il a eu un petit tifo des Gladiators à son effigie.

Quel genre d’entraîneur est-il d’un point de vue tactique ?
"Tactiquement, c'est un coach qui aime - si le profil de ses joueurs le permet - jouer l’offensive. On est monté en Ligue 1 en jouant en 4-2-4 avec des latéraux offensifs et on a joué comme ça l'année dernière. À l'extérieur, il préfère y aller en essayant de gagner, en jouant avec ses principes de jeu quitte à perdre 3-2, que d'aller jouer le match nul en 5-4-1.

Est-il reconnu comme un coach faisant confiance aux jeunes ?
C'est quelqu'un qui a passé longtemps à la formation et c'est d'ailleurs là où il se sent le mieux. Il a été mis au poste d'entraîneur un peu malgré lui et il y est resté, car les résultats parlaient pour lui, mais à la base, c'est un formateur. Il a entraîné les U17 et les U19 nationaux de Nîmes et Tours avant, donc il a forcément un rapport particulier aux jeunes joueurs. Je me souviens que l'année où on monte en Ligue 1, il n’hésitait pas à aligner six ou sept joueurs sur onze qui étaient issus du centre de formation. Il estime qu'un joueur arrive à maturité à 23 ou 24 ans, et il ne comprend pas que l'on mette autant de pression à des jeunes de 17 ou 18 ans en leur disant s'ils vont pouvoir passer pro ou non alors que parfois ils explosent à 22 ou 23 ans.

Blaquart au TFC, pensez-vous que cela soit une bonne idée ?
À vrai dire, je n’ai pas vraiment d'avis, je ne connais pas le contexte toulousain. La vérité d'un club n'est pas celle d'un autre, donc je ne sais pas du tout. Mais c'est vraiment un bon gars, très intègre, droit dans ses bottes, qui dégage beaucoup de charisme. Il a aussi un gros caractère et a régulièrement des problèmes avec les arbitres, car il n’a pas sa langue dans sa poche.

Nos derniers articles