Treize ans de Pantxi Sirieix

Publié le 19 mai 2017 à 20:18 par LesViolets

Ce samedi, le TFC reçoit Dijon pour l’épilogue de sa saison (21 heures, à suivre sur beIN Sports MAX 8 et France Bleu Toulouse). L’occasion pour le Stadium de rendre un dernier hommage à l’un de ses plus fidèles héros, Pantxi Sirieix. La rédaction du site LesViolets.Com revient sur les chiffres qui ont marqué l’immense carrière du Basque à Toulouse.

13

Le nombre de saisons consécutives de Pantxi Sirieix au TFC. Arrivé d’Auxerre à l’été 2004, le milieu Basque retrouve le Sud-Ouest après avoir remporté la Coupe de France et découvert la Ligue des Champions avec l’AJA. « À l'époque, Auxerre, c'était encore le top. Ça pouvait être considéré comme une régression de partir à Toulouse, mais j'avais envie de voir autre chose […] J'étais très content de rejoindre le Téfécé qui venait de faire signer Stéphane Dalmat ou Daniel Moreira. Le discours ambitieux du Président m'avait beaucoup plu. On sentait que quelque chose avait pris avec les Pitchouns. » Treize ans plus tard, les générations de Pitchouns se sont succédé, toujours encadrées par le même homme à la tignasse frisée…

36

L’âge de Pantxi Sirieix, né le 7 octobre 1980 à… Bordeaux ! Débarqué dans la Ville Rose à seulement 23 ans, « La Panche » a passé plus d’un tiers de sa vie sur les bords de la Garonne : « C'est le club qui m'a fait grandir en tant que joueur et en tant qu'homme. Je suis arrivé d'Auxerre et je n'étais encore qu'un gamin. J'ai gravi les étapes de ma vie petit à petit, j'ai par exemple construit ma famille. » Autrefois entouré de vétérans comme Arribagé ou Revault, Sirieix est aujourd’hui le joueur le plus âgé du groupe toulousain, et l’un des plus anciens de Ligue 1 !

257

Le nombre de matchs disputés par Pantxi Sirieix sous le maillot du TFC. Soit environ 20 matchs par saisons. Celui de samedi, face à Dijon, devrait donc être le 258e et dernier avant une retraite amplement méritée. Point d’orgue de sa carrière violette, la saison 2008/2009 durant laquelle Pantxi dispute 29 rencontres sous les ordres d’Alain Casanova. Avec une quatrième place en guise de cadeau.

38

La journée de championnat durant laquelle Pantxi Sirieix est entré dans la légende. Le 17 mai 2008, Toulouse joue sa survie parmi l’élite face à Valenciennes. Ce soir-là, le Stadium dit adieu à plusieurs de ses cadres (Baup, Elmander, Arribagé…) et s’apprête à saluer sa nouvelle coqueluche. Alors que le score reste figé à 1-1, Sirieix hérite du ballon à 25 mètres et déclenche une frappe fuyante du droit. Le cuir ricoche sur l’intérieur du poteau de Nicolas Penneteau, battu. L’Île du Ramier s’embrase. Toulouse reste en Ligue 1.

14

Son numéro fétiche. Dans le monde du football, ce nombre rappelle naturellement Johan Cruyff, triple Ballon d’Or et tête de gondole du « Football Total » hollandais des années 70. Son alter-ego toulousain ne jouit pas du même palmarès, mais tient néanmoins la comparaison : le port altier, les cheveux longs, la technique sûre. Mais contrairement à la vedette regrettée de l’Ajax et du Barça, Pantxi s’exprime peu dans les médias, cultivant la discrétion et le dévouement comme gage de longévité. Il faut dire qu’il ne fume pas non plus deux paquets de cigarettes par jour…

1

Comme le nombre de coupes de cheveux de Pantxi Sirieix à Toulouse. Hormis quelques ajustements de saison, le Basque a toujours affiché la même coiffure depuis qu’il est arrivé sur les bords de Garonne. Une tignasse made in 80’s, reconnaissable parmi toutes les autres, souvent imitée mais jamais égalée. Si l’ancien milieu de l’AJA a fait le bonheur de nombreux Toulousains, gageons qu’il n’est pas le plus populaire parmi les salons de coiffure de la Ville Rose. Heureusement, il a longtemps partagé le vestiaire avec un certain Fodé Mansaré…

92

Le nombre d’entrées en jeu de Pantxi Sirieix au TFC. C’est simple, personne n’est aussi souvent sorti du banc sous l’ère Sadran. « La saison prochaine, le banc me manquera » confiait-il récemment au journal Le Parisien. Ce samedi face à Dijon, il est pourtant pressenti comme titulaire dans l’entre-jeu toulousain…

16

Le nombre de minutes disputées cette saison par Pantxi Sirieix en championnat. En entrant trois fois en cours de match, l’éternel numéro 14 a vécu une dernière année bonus, quelques mois après avoir prolongé in extremis son contrat. Mais qu’importe son temps de jeu famélique, Sirieix est avant tout un homme de vestiaire, conscient d’être un joueur de complément dans l’effectif de Pascal Dupraz : « Le terrain me manque, mais je ne le prends pas sous cet angle : c'est une année bonus pour moi vu que je devais arrêter la saison dernière. J'essaie de profiter des derniers instants avec les gars. Il faut savoir être lucide, car même les entraînements sont difficiles. Je commence à le sentir. »

11

Le nombre de buts inscrits par Pantxi Sirieix sous le maillot violet. Au-delà sa frappe libératrice face à Valenciennes, nous en retiendrons deux : Face à Bordeaux (2009), d’abord, où il conclut un superbe mouvement collectif et lance la probante victoire toulousaine dans un Derby de la Garonne (3-0). Contre Metz (2014), ensuite, avec sa dernière réalisation en date, point d’orgue d’un nouveau succès téféciste (3-0).

17 000

L’affluence moyenne du Stadium cette saison. Pour l’épilogue de la saison et pour la dernière du Roi Pantxi, on espère que l’Île du Ramier saura faire le plein. Après autant de bons et loyaux services rendus à la nation toulousaine, Sirieix mérite bien une immense ovation. Ce samedi, vers 22h45, le TFC verra partir une partie de son Histoire. Avec un grand H, et quelques bouclettes.

@GhislainCorrea

Nos derniers articles