TFC 1-2 Metz : J’y étais pour vous

20/11/201601:10

TFC 1–2 Metz

Par Pierre Pambrun

A l’arrivée des joueurs, Diop ne sait pas s’il va jouer (« on va voir ») et Trejo manque à l’appel, en plus de Durmaz suspendu. Aldo, lui, a porté une écharpe du temps du virage ouest. Il scande : « West kop ! West kop ! ». Mais, de mon coiffeur à certains supporters croisés au Stadium, le « match piège » est dans toutes les bouches…

Sur la pelouse, il faut attendre le quart d’heure pour voir le premier tir toulousain par Somalia. Il passe 10 mètres à côté des cages et n’inquiète pas des Messins qui jouent très bien au ballon. Dans un virage clairsemé, les Indians se font entendre : « dans tous les stadios... ». Peu après, Bodiger allume le mur sur coup franc. Les minutes passent et nous n’avons rien à nous mettre sous la dent, la faute à des incursions violettes très mal inspirées. Les visiteurs, eux, forcent leur réussite par une balle en profondeur qui se concrétise en penalty car le plongeon de Lafont n’était pas académique. Jouffre transforme. 0-1. Immédiatement, le kop méritant soutient ses troupes : « Tou-lou-sains ! Tou-lou-sains ! ». A l’approche de la pause, Braithwaite tente deux frappes… sur le gardien, qui capte aisément.

Mi-temps. Je râle sur notre attaquant danois que je trouve trop bas. Mon voisin complète : « oui, mais Toivonen ne lui donne aucun ballon ! ». Papi, au téléphone, donne aussi son avis : « ça coince au milieu ». Que faire ? Nos absents manquent cruellement face à de fringants Lorrains.

Tout juste rassis, le scénario catastrophe se confirme. Deuxième but de Metz ! Après un coup franc et dans une certaine lenteur, Mandjeck aligne le cuir dans la lucarne. 0-2. Amian Adou riposte mais complètement à côté. Il fait froid mais le virage se chauffe la voix : « allez, allez, le Téfécé... ».  Bodiger enchaîne les centres mais ça ne donne rien. Après une heure de jeu, notre formation n’a toujours pas inquiété sérieusement son solide adversaire. Braithwaite cherche à me faire mentir en passant seul trois défenseurs. Malheureusement, sa tentative en angle fermé trouve encore les bras du portier. Derrière, Jullien fait ce qu’il peut à l’image d’un magnifique tacle glissé. On note sur les tablettes la première véritable attaque de Toivonen, transparent jusque-là. Ninkov, fraîchement entré, reprend par un boulet de canon dans les nuages. Un quart d’heure avant la fin, Toulouse pousse. Enfin. Toivonen commence à s’appliquer mais Braithwaite et Edouard ratent tout. Dans une soirée où tout va de travers, on ne s’étonne pas de voir Blin s’énerver, Edouard vendanger, Braithwaite pousser trop son ballon et Bodiger manquer son contrôle. Pour ne rien arranger, le goal adverse fait le job quand le danger plane dans sa zone. J’oublie l’arbitre, pas franchement conciliant avec nos protégés, qui ne bronche pas lorsque notre pitchoun Depehi s’écroule dans la surface. Le public gronde… Et dans l’indifférence générale, Edouard réduit le score avant le coup de sifflet final.

Au Stadium, c’était l’hiver avant l’heure, dans l’air et dans le jeu.

Lire aussi

19/11/2016 - Live : le TFC s'incline contre Metz (1-2)

Partager




Calendrier

Match précédent

TFC 0-1 Nantes

Classement

Le TFC est :
9ème

Prochain match

Bordeaux
Samedi 21 janvier à 20h00
Sur beIN Sports MAX 5 / France Bleu Toulouse

Sondage

Yoric Ravet au TFC, une bonne idée ?

  • Oui, c'est l'ailier qu'il nous faut
  • Non, on peut trouver meilleure
  • Ne se prononce pas.