Rennes 1-0 TFC : Rien ne va plus

26/11/201605:15

Dès la composition des équipes, l’ombre d’une nouvelle désillusion planait. Elle s’est confirmée sur le terrain, face à des Rennais pourtant moyens.

Sylla-Somalia-Yago. C’est avec cette pierre angulaire, côté droit, que le onze téféciste s’est présenté sur la pelouse du Roazhon Park, hier soir. Et c’est précisément cette pierre - ou plutôt ce gruyère - qui s’est fait transpercer 42 secondes après le coup d’envoi par les deux leaders techniques côté breton, Paul-Georges Ntep et Yoann Gourcuff. 1-0, plus rien ne sera marqué jusqu’au coup de sifflet final. Et pourtant, de la 1ère à la 90ème+4, les supporters toulousains resteront accrochés devant leur télé, dans l’attente désespérée d’une bribe d’occasion. Comme contre Metz, Nantes, Lyon… Et même Angers. Cela fait maintenant cinq matchs que les Violets sont incapables de nous faire vibrer, incapables de produire ce qu'on attend d'une équipe de première partie de tableau. La faute à un système qui semble déjà périmé - on en reparlera plus bas dans cet article - et à des erreurs individuelles indignes du football professionnel.

Steeve Yago. A nouveau replacé dans l’axe pour compenser l’absence de Diop, on se dit que le Burkinabé sera, comme à son habitude, intraitable dans le un-contre-un. Mais quelle idée lui est-il donc passée par la tête, pour lâcher le marquage de Gourcuff au moment, où, justement, ce dernier cherchait un espace dans son dos ? Une erreur de U15, qui se paye cash en Ligue 1… Et nous nous passerons de commentaires sur le reste de son match, catastrophique.

Issiaga Sylla. On nous a vanté sa belle saison 2015/2016 au Gazélec Ajaccio. La qualité de ses prestations, lors de la préparation estivale, n’a fait que confirmer les bons échos venus de Corse. Malheureusement, le mirage a pris fin depuis plusieurs semaines déjà. C’est aujourd’hui le retour des centres pour personne, des contrôles ratés et des déplacements hasardeux. Un déchet technique bien trop important pour figurer parmi l’équipe type d’un club qui vise, selon son entraîneur, pourquoi pas une place européenne...

Somalia. Alias le fantôme du Brésil. Plus discret sur le terrain qu’un agent de la CIA. Un jour ailier, l’autre latéral, il change souvent de poste pour éviter de se faire repérer. Hélas, ce n’est pas cela que nous attendons d’un joueur recruté pour sa force de percussion. Peut-être serait-il temps d’enfin attacher un rôle précis au transfuge de Ferencvaros, afin qu’il puisse progresser dans celui-ci ? Car ça fait un moment que le problème est posé, sans être résolu. Ah si, on se cache derrière le fait que Somalia est un joueur « polyvalent ». Mais pour avoir une chance d’être polyvalent, il faut déjà faire ses preuves à un endroit du terrain.

Bilan effectué des cas les plus graves, essayons maintenant de prendre du recul sur l’ensemble du onze. Comment une équipe apte à renverser les plus grands du championnat, a-t-elle pu basculer dans cette parodie de football à laquelle on assiste chaque week-end ? Il y a à cette question, plusieurs réponses :
D’abord, la philosophie de Pascal Dupraz, qui est de récupérer le ballon le plus haut possible, tout en privilégiant le jeu direct, ne prend plus. Tout simplement parce que nos adversaires nous laissent le monopole du cuir. Quand le TFC est livré à lui-même, condamné à faire le jeu, il devient terriblement maladroit. Tel un adolescent lors de son premier rencard, il ne trouve pas le bon enchaînement, rate les brèches dans lesquelles s’engoufrer. Et cela aboutit à des purges interminables, qui rongent peu à peu la confiance engrangée.

L’autre fausse route qui nous a mené dans l’impasse, concerne le poste de 9,5. Clairement, Ola Toivonen ne satisfait pas à sa mission. Probablement parce qu’il n’est pas fait pour celle-ci. Chargé d’effectuer la transition entre le milieu et l’attaque, l’international suédois n’a jamais trouvé de feeling avec Martin Braithwaite. Les multiples appels de ce dernier sont souvent vains, la faute à un Toivonen trop lent. Vivement le retour d’Oscar Trejo, que l’on confie les clefs du jeu à un vrai leader technique. Cela permettra, de surcroît, à Ola d’épauler Martin en attaque.

Enfin, le TFC n’est pas épargné par les absences. Mais souvent, il ne peut s’en prendre qu’à lui-même. On pense à tous ces joueurs qui ont dû purger une suspension pour avoir accumulé trois cartons jaunes en moins de dix matchs (c’est bien beau l’engagement, mais cela a des limites). Ou, à chaud, au thug Christopher Jullien. Avait-il absolument besoin de laisser la marque de ses crampons sur le poitrail de Pedro Henrique ? Pas vraiment. En attendant, le défenseur d’1m95 sera suspendu au prochain match, tout en restant sous la menace d’une sanction plus lourde. Dommage, car il était notre seul joueur dangereux…

Boris Daube (photo : Stade Rennais)

Lire aussi

25/11/2016 - Dupraz touché par un avion en papier, internet rigole

25/11/2016 - Dupraz : "Mes défenseurs ont été des santons"

25/11/2016 - Les chiffres à retenir de… Rennes - TFC (1-0)

26/11/2016 - Quelle défense centrale contre Montpellier ?

Partager




Calendrier

Match précédent

TFC 0-0 Rennes

Classement

Le TFC est :
12ème

Prochain match

Montpellier - TFC
Dimanche 2 avril à 17h
BeIN Sports MAX 5 / France Bleu Toulouse

Sondage

François Moubandje doit-il rester au TFC la saison prochaine ?

  • Oui, il est indispensable
  • Non, on peut le vendre cet été
  • Ne se prononce pas.