Nancy 0-0 TFC : Un nul petit bras

Publié le 27 février 2017 à 09:38 par LesViolets

Nancy 0-0 TFC

Par Pierre Pambrun

Avant le coup-d’envoi, Delort sort des vestiaires tout sourire et Yago très concentré. Dans le stade, une poignée d’Ultras toulousains se montre derrière la Croix Occitane. Côté compo’, Durmaz remplace numériquement Blin et Yago supplée Diop.

En 3 minutes, Nancy obtient 3 corners. Sans suite… En réponse, Delort contre vite, mais sa frappe est détournée. Jusqu’à la demi-heure, rien de concret, excepté quelques tentatives des locaux qui, bien que relativement dominateurs, n’inquiètent pas Lafont. Ce dernier se fait cependant une belle frayeur après avoir récupéré le cuir dans ses filets. L’arbitre refuse justement le but car l’attaquant a tapé dans le ballon en possession du gardien… Dans l’action qui suit, Jullien, déstabilisé, aurait mérité un penalty. Puis, Toulouse joue un nouveau contre express sur 80 mètres à 4 contre 2. Malheureusement Trejo loupe la dernière passe. Durmaz, à l’origine du déboulé, enrage, et moi aussi ! Juste avant la pause, Yago reste collé sur la tête de son adversaire et le poteau sauve Lafont. Ouf !

Mi-temps. Jean analyse : « on n’est pas bon, on ne se trouve pas ». Il faut dire que l’organisation tactique n’est pas claire. Au contraire de la pelouse en plastique qui brille curieusement.

A la reprise, Nancy reprend l’initiative du jeu mais paradoxalement les occasions sont le plus souvent violettes. Pêle-mêle : Delort décoche une fusée sur coup franc, Jean tente sa chance plein-axe et rase la lucarne, Delort encore écrase son tir, Durmaz ne cadre pas… Après l’heure de jeu, le scénario ne change pas. Les Nancéiens tiennent toujours le ballon tandis que les Toulousains ne concrétisent pas, même si un but leur est refusé (à revoir). Bodiger ne veut pas en rester là et sur un corner de Trejo, il voit sa tentative des 6 mètres captée in-extremis par le gardien. Les derniers instants nous font peur, à l’image du coup franc idéalement placé que Pedretti vendange. Le mot de la fin sera pour Busin dont la frappe trouve la transversale qui sauve à nouveau Alban.

Bien heureux celui qui pourra donner du sens à cette rencontre, à la fois dominée par les Lorrains et tout autant galvaudée par des Violets manquant clairement d’ambition. L’adversaire était prenable, encore eut-il fallu y croire…

(photos : L'Est Républicain)

Nos derniers articles