Les 3 choses à retenir de TFC - Nîmes (1-1)

Publié le 15 juillet 2017 à 10:30 par LesViolets

Pour son second match amical de l'été, le TFC a fait match nul 1-1 contre Nîmes au stade Georges-Beyney à l'Union. Les Crocos Nîmois ont égalisé en début de seconde période alors que Driss Khalid avait ouvert le score pour Toulouse en fin de première mi-temps. Voici ce qu'il faut retenir...

La composition du TFC en 1ère mi-temps : Lafont - Michelin, Yago, Moubandje, Sylla - Blin, Sangaré - Osei Yaw, Boisgard, Toivonen, Khalid

La composition du TFC en 2ème mi-temps : Goicoechea - Amian, Bodiger, Bessile, Fargeas - Somalia, Ouertani - Durmaz, Ayari, Jean, Delort

1. Un TFC à deux visages
Animée par deux compositions radicalement différentes, notre équipe a proposé deux périodes bien distinctes dans la manière.
La première, plutôt positive, laisse une impression de fluidité, de dynamisme et de rapidité dans le jeu. Toivonen, auteur d’une belle prestation s’est illustré par ses très propres remontées de balles et ses fréquentes participations aux attaques.
La seconde plus décousue, marque par son côté brouillon, comme regretté par un supporter dans les travées : « ça ne construit pas ! ». A l’image de Somalia, transparent, Durmaz, sur un rythme de sénateur, et leurs deux camarades à l’essai (non concluant), notre milieu n’a proposé qu’un trou béant entre les lignes.

2. Des défenses exotiques
Amputée de ses deux patrons, notre défense « bricolée » se trouve victime de la Jullien-Diop dépendance.
La ligne des quatre du premier acte fait ressortir un Michelin manquant de repère et à la mauvaise agressivité, un Yago à la fébrilité déjà connue et un Sylla qui rate 100 % de ses nombreux centres. Seul le Suisse, positionné central, paru au niveau de l’élite.
Lors du second acte, on retrouve Kelvin Amian, repositionné central, mais à son excellent niveau : affûté et efficace. Bodiger, en binôme appliqué fait le job. Les jeunes latéraux, quant à eux, n’ont pas crevé l’écran.

3. Le cador, c’est Khalid !
Ce jeune attaquant inconnu de l’assemblée nombreuse fut la surprise du soir. Driss Khalid, auteur d’un premier quart d’heure tonitruant, nous a régalé par sa vivacité, sa capacité à déstabiliser la défense adverse, sa technicité rappelant le « bonbon » Ben Yedder et son magnifique but. Associé à Boisgard, toujours inspiré et incisif, on ne demande qu’à les revoir !

Nos derniers articles