La Lettre du Violet : "Refuser le jeu à Troyes, ce n'est pas normal"

Publié le 12 septembre 2017 à 15:13 par Rédac

La rédaction du site LesViolets.Com souhaite absolument vous donner la parole. Au quotidien, nous vous proposons de publier VOS articles en Une du site : "La Lettre du Violet" est le nom de cette rubrique. Voici une nouvelle lettre, signée Cédric :

"Je n'ai pas pour habitude d'être critique envers l'équipe, je préfère retenir le positif. Mais là, c'est impossible de ne pas l'être. Déjà, premièrement nous ne savons toujours pas quel est notre plan de jeu : aller à Troyes pour refuser le jeu et jouer en contre avec l'effectif que nous avons, ce n'est pas normal.

De plus, si c'est notre plan de jeu, pourquoi les joueurs ne se bougent-ils pas pour remonter les balles rapidement au lieu de marcher sur le terrain ? Je ne pense ne pas être le seul à avoir été affligé par le niveau de jeu proposé samedi (vous avez juste à être sur Twitter pour voir que j'ai raison). Comme l'a dit Dupraz, "on aurait pu jouer plusieurs jours sans marquer."

Mais le problème, en plus des joueurs qui n'ont absolument rien montré, c'est le coaching. Alors là, va falloir m'expliquer certains choix. Surtout celui de Durmaz pour Sylla qui m'a fait tomber du canapé. On a quelqu'un comme Machach qui peut faire quelque chose, mais on préfère faire rentrer un joueur à vocation défensive.

Alors, on entend à la fin du match, "le match nul est mérité", "on a retrouvé la solidité défensive" ou encore "ce n'est pas un mauvais point", mais quand on fait 0 tir cadré (avec tout le respect que j'ai pour eux) face à une équipe comme Troyes, moi ça ne me fait pas rire du tout. Surtout que vu le match qu'on a sorti, on méritait même pas de ramener un point.

Enfin, si les joueurs nous lisent, nous, supporters, on vous demande de montrer autant d'envie lorsqu'on joue à Monaco que lorsqu'on joue à Troyes parce que les supporters ayant fait le déplacement au stade de l'Aube (et les supporters devant la télé) ont vu une belle purge.

Enfin, bref, malgré tout ça, Toulouse et seulement Toulouse !"

Envoyez-nous dès maintenant votre prénom, ville et votre lettre par email : lalettreduviolet@lesviolets.com

Nos derniers articles