Jeu Dur(ex) : "Le TFC n'est pas une institution"

20/12/201410:32

C'est une nouveauté cette saison sur LesViolets.Com, Pantxi Durex a rejoint notre équipe de chroniqueurs. Les plus habitués à Twitter le connaissent forcément, les autres vont l'adorer : Pantxi Durex fait le buzz sur ce réseau social depuis quelques mois. Ce compte humoristique s'inspire de notre éternel Pantxi Sirieix. Et voici sa huitième chronique :

"Un mois sans faire de chronique et voilà le résultat ! Le TFC est devenu fantomatique, liquéfié par une série épouvantable. Conséquence : beaucoup de supporters s’échinent à critiquer Casanova. Et si cela ne revenait qu’à égratigner la partie émergée de l’iceberg ?

Ces derniers temps, le jeu proposé est lamentable. Parfois à la limite du scandaleux quand on voit que sur certains matchs, nous n’avons cadré qu’un tir. De son côté, Casa teste toutes les ruses tactiques qui lui restent, sans succès. Exit le 3-5-2, passage en 3-4-3… non, le 4-4-2 c’est mieux en fait ! On est loin du temps où le coach ne jurait que par son système fétiche, c’est quelque part une preuve d’intelligence et de remise en question. Mais les résultats actuels démontrent que le problème est bien plus profond que ça. Quand on voit les joueurs ramer à ce point sur le terrain, perdre autant de duels sans savoir se placer défensivement, on se dit que le coach n’est plus le seul responsable. Il y a quelque chose de pourri au royaume du Toulouse FC !

En tendant l’oreille à droite à gauche, on peut entendre quelques phrases intéressantes de la part des suiveurs du TFC. Des joueurs en manque de motivation, une confiance perdue, des entraînements à la cool, un travail perfectible... Ce sont des petites critiques qui, à force de s’accumuler, ne sont plus négligeables, surtout quand elles viennent de vrais connaisseurs et parfois même de professionnels. D'autres constats peuvent être faits : pas de réelle pression populaire en situation de crise, pas de rébellion visible de la part des cadres, des déclarations étranges du coach (surtout face à Lille…) et un Président en retrait. Tout ça pour en arriver à la conclusion suivante : le TFC est un club mais pas une vraie institution. Il faut se rendre à l’évidence, les choix récents n’ont pas permis au Téf de se hisser au niveau où il aurait dû se rendre en plus de dix années de Ligue 1. Nous végétons dans une pseudo-stabilité qui cache notre incapacité à vraiment être ambitieux.

Peut-être touchons-nous là les limites de la gestion façon Sadran. Cet homme mérite notre plus grand respect en ayant sauvé le club. Mais quand il déclare que la gestion du TFC ne représente que 1% de son emploi du temps, on se pose des questions. Un club pro ne devient grand qu’à partir du moment où une de ses composantes en fait quelque chose de respecté. Au Barça, cette composante s’appelle les socios. À Lyon, elle s’appelle Aulas et Lacombe. Au PSG, elle s’appelle les Qataris. Au TFC ? Elle n’existe pas. Nous n’avons pas cette base qui fait d’un club un prisme au travers duquel jaillissent des valeurs et un respect naturel. Pas de public fanatique, pas de tête majeure et pensante, nous voguons l’âme en peine sans direction autre que le fameux « entre la 5ème et la 15ème place. » Malheureusement, le TFC aurait plus besoin d’appeler le 911 que le 515 aujourd’hui. Et dire qu'il y a quelques années on disait du TFC qu'il était le nouveau Lyon...

Au final, critiquer les choix de Casanova revient à ne traiter qu’une infime partie du problème. Toulouse subit une situation qu’il a créée durant les dernières saisons, et ce n’est pas un remplacement de coach qui y changera grand-chose. Il faut aujourd’hui un vrai changement de cap ! Une ambition nouvelle doit s’installer. Exit le faux argument du « On ne peut pas être ambitieux sans un plus gros budget ! » Chaque saison de gros clubs français se font taper en Europe par des petits poucets aux budgets équivalents à celui de la Jeunesse Sportive Cugnalaise. Chaque saison les plus gros budgets du championnat (hors PSG et ASM) ne semblent pas nous être mille fois supérieurs. Quand notre chef tapera du poing sur la table et décidera de réellement foutre une pression du résultat, vous verrez que le club s’en verra métamorphosé. En attendant, j’en suis réduit à espérer un résultat contre… Guingamp. Olivier, magne-toi le cul de secouer le cocotier violet ! Ça presse."

Retrouvez Pantxi Durex sur Twitter en cliquant ici.

Partager




Calendrier

Match précédent

TFC 0-0 Rennes

Classement

Le TFC est :
12ème

Prochain match

Montpellier - TFC
Dimanche 2 avril à 17h
BeIN Sports MAX 5 / France Bleu Toulouse

Sondage

François Moubandje doit-il rester au TFC la saison prochaine ?

  • Oui, il est indispensable
  • Non, on peut le vendre cet été
  • Ne se prononce pas.