Jeu Dur(ex) : "Arribagé, Sadran, à vous de transformer l'essai"

15/07/201517:43

Les plus habitués à Twitter le connaissent forcément, les autres vont l'adorer : Pantxi Durex fait le buzz sur ce réseau social depuis quelques mois. Ce compte humoristique s'inspire de notre éternel Pantxi Sirieix. Et voici sa douzième chronique :

Il y a plusieurs façons d’analyser la saison éprouvante que nous avons vécue. Là où certains ont vu un déchirement dû à l’incompétence du staff technique, d’autres ont observé des joueurs manquant à leurs devoirs fondamentaux en lâchant le coach et leurs couleurs. Ce schisme a créé quelques vagues de débats en fonction des prises de parti de chacun, entrecoupées par les « manifestations » des Indians à l’encontre de l’effectif professionnel. Climat délétère, politique sportive critiquable et critiquée, spectacle proposé extrêmement moyen… oui, ce fut une saison difficile pour tout le monde. Elle aura d’ailleurs coûté la tête d’Alain Casanova, fidèle parmi les fidèles. Le tribunal populaire du peuple violet aura entraîné dans son action autant de commentaires haineux à l’égard de Coach Casa que de messages de remerciement et de respect. A l’image de la saison du Téf’ au final, entre contradictions, incompréhensions et difficultés à avancer.

Mais dans tout ce marasme, une lueur d’espoir s’est élevée dans notre route infernale vers la Ligue 2. Son nom : Dominique Arribagé. Ou plutôt le trio astucieux que ce grand défenseur forme avec Teddy Richert et Mickaël Debève. Un trio aussi coûteux par son manque de diplôme… ces fameux diplômes qui, comme chacun sait, ont contribué à former un nombre incalculables de GRANDS entraîneurs français ! Ah, ironie, quand tu nous tiens. Bref, cette triade aura su nous remettre sur le droit chemin à partir d’un effectif décimé par des résultats lamentables et des formes individuelles au ras des pâquerettes. Une opération commando qui aura marché à la perfection et qui va désormais devenir une habitude du côté du Stadium. Ce n’est pas pour me déplaire ! Quand je vois ce qu’est devenue l’équipe une fois le changement d’entraîneur effectué, je ne peux qu’être ravi de voir Domi continuer son œuvre. Après tout ce moment coïncide avec celui où on a enfin revu du foot à Toulouse ! Le Téf n’était pas devenu génialissime mais au moins on retrouvait une animation offensive assez cohérente et une défense stabilisée à défaut d’être rassurante. Très largement suffisant pour se sauver sans forcer.

Est-ce assez pour être optimiste ? Je crève d’envie de répondre oui façon groupie du dimanche ! Mais… il existe un facteur limitant. Toujours le même. Son nom ? Olivier Sadran. Cette saison doit pourtant marquer un nouveau cycle dans l’histoire moderne du TFC. Un cycle où notre Président a appris de ses erreurs passées et souhaite que son club prenne le tournant d’une ambition certes mesurée mais salvatrice. Ambition dans le jeu mais aussi dans la gestion générale du club, et c’est plus sur ce deuxième aspect que je crains la répétition des erreurs. Après tout, notre Olivier national ressemble plus à un gestionnaire pépère qu’à un Président visionnaire. Est-ce que l’échec cuisant de cette dernière saison changera sa façon de voir les choses ? Pas certain quand on voit les discours énoncés, le mercato qui avance doucement et un contexte économique loin d’être favorable à tout ce qui s’éloigne d’une certaine prudence. Former, recruter malin (de temps en temps), vendre cher et finir 8ème quand ce n’est pas 17ème. Le tout sans avoir une vision globale à long terme autre que celle de la « survie tranquille » ! Une réalité qui fait rêver notre gestionnaire en chef à défaut de régaler les supporters, comme le prouvent les réactions de ces derniers ainsi que les affluences de plus en plus risibles. Sommes-nous partis pour, encore une fois, louper le coche et continuer à patauger dans la mélasse faiblarde de la Ligue 1 à coups de places plus ou moins honorables dans la bedaine de cette dernière ?

J’espère que l’avenir infirmera totalement cette crainte. En attendant, nous avons une saison à préparer et à réussir ! Vous l’aurez compris, Arribagé a toute ma confiance au contraire de son boss. Mais je m’attends à une première partie de saison assez compliquée durant laquelle le nouveau staff prendra ses marques dans un contexte autre que celui d’une mission commando. Les profils ciblés dans ce début de mercato me plaisent assez, au moins ça change des Serbes ou des Roumains que l’on attire pour 50 000 euros et quelques doubitchous. Le premier match amical gagné contre les Crocos confirme un 442 diamant bien plus travaillé pouvant être adapté à plusieurs problématiques tactiques. Les jeunes sont prometteurs ! Bref, ça sent plutôt bon. Est-ce que ces classiques promesses de début de saison pourront être les graines du renouveau tant attendu du TFC ? Monsieur Sadran, Maître Arribagé, il ne tient qu’à vous de transformer l’essai.

Pantxi Durex.

Partager




Calendrier

Match précédent

PSG 0-0 TFC

Classement

Le TFC est :
8ème

Prochain match

Nancy - TFC
Samedi 25 février à 20h
BeIN Sports Max 6 / France Bleu Toulouse

Sondage

Qui à la place d'Issa Diop contre Nancy ?

  • Yrondu Musavu-King
  • Steeve Yago
  • François Moubandje
  • Ne se prononce pas.