"Heroes" : La chronique de François Laforge

12/01/201618:00

François Laforge, grand passionné de sport, a pratiqué le football pendant plus de 20 ans. Il a collaboré à la réalisation de nombreux ouvrages sportifs. Il est l'auteur, depuis 1995, du Guide français et international du football (éditions De Vecchi).

Amoureux et supporter du TFC, il nous fait l'honneur d'être chroniqueur pour LesViolets.Com depuis 2008. Régulièrement, il donnera son avis sur l'actualité du club, sur ses tensions, ses remous mais aussi ses joies et ses moments forts. Voici sa nouvelle chronique...

 

HEROES

Bon, déjà les lundis matin, on ne vous fait pas de dessin, ce n'est jamais trop la joie à l'heure du café- tartines quand bien même le week-end sportif eût été favorable à nos chères couleurs.

Et même quand la semaine à venir s'annonce sur le plan sportif  très excitante, on éprouve toujours le plus grand mal à se motiver, à relancer la machine.

Alors, pensez donc, quand encore engourdi de sommeil, la radio lâche la nouvelle de la disparition d'une quasi légende, dont on venait de célébrer le 69ème anniversaire par la sortie d'un 25ème et  brillantissime opus qui avait tourné quasi  en boucle sur votre platine le week-end durant , le choc est violent.

La tristesse palpable.

Elle vient contrarier la légèreté de la presque allégresse qui nous avait gagné suite à l'expédition champenoise de nos Violets.

Il ne fallait pas se louper, ils ne l'ont pas fait.

Et donc là où le risque était grand en cas de malheur de nous voir mis à distance respectable (et définitive?) des premiers non-relégables, nous voilà revenus dans leurs roues, à un minuscule point, notre souffle dans leur cou, nos crampons sur leurs talons.

On respire déjà mieux.

Pour être franc, dès avant la trêve des confiseurs, le malade qu'était notre cher Téfécé semblait en rémission.

Et contre Lille, au sortir du Stadium, nous nous sommes dit qu'en cette veille de Noël, si nous avions les « boules » suite à l'immuable scénario du match, cela ne sentait pas encore le sapin.

Cela fait quelque temps maintenant  qu'à défaut de génie, de maîtrise, nous sentons les joueurs concernés et prêts pour le combat que sera la quête de ce maintien.

Mais là où, au cœur de l'été indien, le doute nous habitait  quant à l'issue de la saison, nous sommes désormais un peu plus sereins.

Et  donc plus enclins, car moins soucieux pour la pérennité de notre club de cœur, à rêver d'un destin dans une coupe nationale, d'un voyage au Stade de France les beaux jours revenus.

Pour ce faire il faudra dès ce milieu de semaine, enflammer le flambant neuf Stadium, pour une revanche d'une cruelle  demi-finale de coupe de la Ligue édition 2010,  renvoyer à leurs doutes des Marseillais  qui n'ont pour « sauver » leur saison pratiquement plus  comme objectif que cette coupe tant décriée .

C'est dire que la tâche ne sera pas facile.

Mais loin d'être insurmontable.

Sûr que ce match nous fait d'ores et déjà vibrer.

C'est un  genre d'apéritif avant la double et indigeste ration de PSG à avaler en suivant.

Le menu paraît costaud.

Mais nous sommes affamés.

Et nous faisons nôtres les paroles du  très regretté David Bowie dans sa très belle chanson Heroes :

« We can beat them, just for one day
We can be Heroes, just for one day »

Et si ce « one day » tombait mercredi, comment dire, cela serait...... parfait.

Allez Téfécé !

François Laforge

Partager




Calendrier

Match précédent

Dijon 0-0 TFC

Classement

Le TFC termine :
13ème

Prochain match

La saison prochaine...

Sondage

Loïs Diony, une bonne idée pour le TFC ?

  • Oui, il faut absolument le recruter
  • Oui, mais il est trop cher...
  • Non, on peut trouver meilleur et moins cher
  • Ne se prononce pas.