Dupraz : "Nous ne sommes pas des fonctionnaires"

Publié le 07 mai 2017 à 02:05 par LesViolets

Voici l'interview de Pascal Dupraz après TFC - Caen (0-1)...

Pascal, comment expliquer cette nouvelle défaite ?
"Je félicite Caen, ils ont eu du mérite de gagner, mais, c'est une victoire hasardeuse. Le football, ça se joue dans les deux surfaces. On a beaucoup de situations offensives, on a beaucoup centré, mais on a manqué de promptitude offensive. Il y a trop eu de ballons devant qui sont passés dans la surface, sans qu'on coupe les trajectoires.
C'est une défaite hasardeuse. Notre équipe pense à tort qu'elle a de la marge. Caen n'a que deux occasions : une qu'Alban Lafont sort magistralement, et sur le but où on défend de manière incroyablement nulle. Je vais conseiller à nos attaquants de regarder les déplacements de Falcao dans la surface, et les attitudes défensives de la Juventus ! Il faut qu'on se reprenne. Malgré la concurrence du rugby, je trouve qu'il y avait du monde au Stadium. C'est dommage pour nos supporters qui pour certains nous ont sifflés et on peut les comprendre.
C'est toujours de ma faute quand on perd et je l'assume."

Il y avait ce soir beaucoup de recruteurs venus observer les joueurs du TFC...
"Beaucoup de joueurs de mon équipe aspirent à jouer dans de grands clubs. Je ne pense pas que les grands coachs se satisferont d'un marquage élastique en permanence. Si les joueurs estiment qu'il faut la jouer individuellement, ils ont tout faux et aucun recruteur ne va miser sur eux. Le collectif doit primer."

Qu'espérez-vous jusqu'à la fin de la saison ?
"Nous sommes tous de grands garçons et nous avons envie d'obtenir de meilleurs résultats. Nous ne sommes pas des fonctionnaires, que je respecte pourtant, en jouant six mois et en s'arrêtant ensuite. Nos jeunes doivent apprendre leur métier plus vite qu'ils ne le font en ce moment. Il faut qu'on se reprenne.
J'ai confiance. Nous avons écrit une belle histoire ensemble depuis mars 2016. Ce soir, je suis courroucé, mais j'endosse la responsabilité de la défaite. J'ai beaucoup de fierté, et mes joueurs doivent comprendre que c'est difficile pour moi de perdre souvent. Les semaines deviennent longues, les journées sont tristes. On a la chance de faire un métier fabuleux, alors qu'il y a des millions de chômeurs en France. On doit faire mieux. Il faut provoquer la réussite et ne pas douter."

Un mot sur les blessures de Somalia et Blin ?
"Somalia s'est ouvert le pied. On a dû lui poser 4 points de suture. Blin a ce souci récurrent à la voûte plantaire. Il doit se soigner pour revenir en forme la saison prochaine."

Nos derniers articles